•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Écosse veut mieux protéger les aînés et élargir les dépistages

covid-19-testing

Le laboratoire de dépistage de la COVID-19 en N.-É.

Photo : Autre banques d'images / David Blomme

Radio-Canada

Alors que le gouvernement de la Nouvelle-Écosse enregistre sa plus forte augmentation quotidienne du nombre de cas de coronavirus jusqu'à ce jour, le médecin hygiéniste en chef de la province durcit les mesures de sécurité dans les foyers de soins et modifie les critères d'accessibilité aux tests de dépistage, en retirant notamment le voyage comme condition préalable.

Nouvelles mesures dans les foyers de soins

Du côté des foyers de soins, la prise de la température et l’évaluation des symptômes au moins une fois par jour deviennent obligatoires pour tous les membres du personnel et les résidents à partir du lundi 6 avril.

Puisque la transmission communautaire est maintenant présente, il est essentiel de prendre des mesures supplémentaires pour protéger les membres de notre famille dans les foyers de soins de longue durée, souligne le Dr Strang.

Par ailleurs, chaque fois qu'un membre du personnel ou qu’un résident souffre d'une maladie respiratoire, la santé publique doit être avisée. Des lignes directrices à cet égard avaient déjà été communiquées, mais ces recommandations deviennent des ordres.

Davantage de dépistages

Depuis le lundi 6 avril, le laboratoire de microbiologie du Centre des sciences de la santé QEII est fonctionnel 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Le même jour, la province annonce qu'elle assouplit les critères d'admissibilité aux tests pour permettre aux Néo-Écossais qui font de la fièvre ou qui ont une toux sévère, mais qui n'ont pas voyagé, d'être eux aussi dépistés.

Selon les autorités de santé, cette mesure s'impose maintenant que la transmission communautaire est présente en Nouvelle-Écosse. Une évaluation téléphonie par l'entremise du service 811 est toujours nécessaire, précisent les autorités.

Le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, avait souligné dimanche que les autorités de santé publique entendaient à présent tester davantage dans les communautés où plusieurs cas ont été rapportés. Des cliniques mobiles seront également établies à divers endroits.

31 nouveaux cas

La province signale 31 nouveaux cas de COVID-19, pour un total de 293. Les cas ont été répertoriés dans toutes les régions de la province.

Je reconnais qu'il s'agit d'une période difficile pour tout le monde, mais le fait de respecter les conseils de la santé publique nous permettra d'aplatir la courbe, affirme le premier ministre, Stephen McNeil. Il est maintenant plus important que jamais de rester à la maison. Mais nous savons que vous devez également vous préoccuper de vos proches, des autres personnes dans votre collectivité et des personnes vulnérables, qui ont besoin de vous plus que jamais.

En date du lundi 6 avril, 31 nouveaux cas de COVID-19 s'ajoutent au total provincial, qui s'élève à 293.

L'âge des personnes touchées va de moins de 10 ans à plus de 90 ans.

Il y a maintenant neuf personnes atteintes de la COVID-19 qui sont hospitalisées en Nouvelle-Écosse, trois de plus qu’il y en avait dimanche. De plus, 64 personnes se sont rétablies de la maladie.

Bien que la plupart des cas en Nouvelle-Écosse soient liés à un voyage, il y a maintenant des cas de transmission communautaire. La province déclare lundi que cette situation était prévue et qu’une partie de la stratégie consiste à accroître la capacité du laboratoire.

La Nouvelle-Écosse a maintenant effectué 10 511 tests de dépistage au total : 10 218 ont été négatifs et 293 positifs.

Le port du masque encouragé

Le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, abonde dans le même sens que l'administratrice en chef de la Santé du Canada, la Dre Theresa Tam, qui dit de son côté que le port d’un masque non médical est une bonne mesure de sécurité supplémentaire quand la distanciation physique est difficile, parce qu’il est prouvé qu’il peut réduire le risque de propagation des gouttelettes.

Le premier ministre Stephen McNeil assure que la province a pour le moment suffisamment de masques pour un mois en fonction des protocoles actuels.

Le bilan du coronavirus en Atlantique

En date du lundi 6 avril, les quatre provinces de l'Atlantique recensent 644 cas de COVID-19, soit 42 de plus que samedi.

Il y en a 293 (+31) en Nouvelle-Écosse, 226 (+9) à Terre-Neuve-et-Labrador, 103 (+2) au Nouveau-Brunswick et 22 (inchangé) à l'Île-du-Prince-Édouard.

Deux personnes sont décédées des suites de la COVID-19 en Atlantique, toutes deux de Terre-Neuve-et-Labrador.

En Atlantique, 26 personnes sont hospitalisées : 6 au Nouveau-Brunswick, 9 en Nouvelle-Écosse et 10 à Terre-Neuve-et-Labrador. Aucun cas n’a nécessité une hospitalisation jusqu’à présent à l’Île-du-Prince-Édouard.

Dans les quatre provinces, 134 personnes qui ont contracté la maladie sont guéries, soit 64 en Nouvelle-Écosse, 30 au Nouveau-Brunswick, 32 à Terre-Neuve-et-Labrador et au moins 8 à l’Île-du-Prince-Édouard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !