•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

101 cas confirmés de COVID-19 en Abitibi-Témiscamingue

Une main qui présente un écouvillon utilisé pour les prélèvements du test de coronavirus.

Il y a sept nouveaux cas de coronavirus dans l'Est de l'Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

L'Abitibi-Témiscamingue compte maintenant 101 cas confirmés de COVID-19, une hausse de 19 par rapport à dimanche.

Bien que la majorité des cas soit toujours concentrée à Rouyn-Noranda, on dénombre maintenant sept cas au Témiscamingue et toujours moins de cinq cas dans les trois autres MRC.

Aucun décès ne s'ajoute au bilan, mais un nouvel employé de la santé a testé positif, portant ce total à six depuis le début de la crise.

Du côté des bonnes nouvelles, on compte maintenant 28 personnes rétablies et le nombre d'hospitalisations a baissé à 3.

Le foyer d'éclosion en résidence pour personnes âgées, soit le Bleu Horizon de Rouyn-Noranda, compte maintenant 15 cas positifs.

La PDG du CISSS-AT, Caroline Roy, rappelle d'ailleurs que l'ensemble des mesures, plus précisément l'interdiction des rassemblements, doivent continuer d'être respectées.

Le constat qu'on fait, avec la situation épidémiologique et les enquêtes qui sont effectuées actuellement, c'est qu'on observe qu'il y a quand même un maintien de certains rassemblements au sein de notre région, que ce soit des rassemblements extérieurs ou intérieurs. Des soupers de famille, des rassemblements de famille à l'intérieur des domiciles. Ces situations-là contribuent à accentuer la transmission dans notre région, qui est une transmission communautaire, souligne Mme Roy.

Elle mentionne également que ces mesures s'appliquent dans les résidences privées pour aînés. Tous doivent rester confinés dans leur appartement et ne peuvent sortir pour prendre une marche, un café ou un repas avec d'autres résidents.

La majorité des nouvelles personnes infectées avaient été en contact direct avec des personnes infectées, mais pour certains, on ignore le lien, ce qui confirme qu'il y a maintenant transmission communautaire dans la région.

Mme Roy ajoute que la collaboration des hôteliers continue de se faire sentir afin de loger des travailleurs non infectés pour les protéger de l'infection. Une entente a également été signée avec le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, qui met à disposition les résidences des garçons.

Notre mission première est de travailler à l’éducation des générations de demain. Mais notre rôle, en tant qu’acteur important de notre communauté, est de répondre présent, pour le bien de tous, lorsque les circonstances l’exigent. C’est le cas, et le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue peut compter sur notre pleine collaboration pour relever les défis qui se présentent à nous. C’est ensemble que nous arriverons à vaincre la propagation de ce virus, a déclaré Sylvain Blais, directeur général du Cégep, par voie de communiqué.

Elle a également tenu à rectifier une information qui circule à l'effet qu'un travailleur qui traverserait les points de contrôle autour de Rouyn-Noranda doive par la suite s'isoler pendant 14 jours à son retour à la maison, indiquant que cette information est erronée.

Le CISSS-AT fait par ailleurs face, comme ailleurs au Québec, à une possible pénurie de médicaments. Selon la Dre Annie Léger, directrice des services professionnels et de l'enseignement universitaire, le CISSS-AT doit apprendre à bien gérer les médicaments sensibles, comme les sédatifs et ou utilisés pour la ventilation.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Elle affirme toutefois que les médicaments nécessaires pour traiter les patients de la région sont en nombre suffisant et que Québec les distribue en fonction des besoins régionaux.

Quant aux équipements de protection individuelle, le CISSS-AT possède toujours une réserve de 7 à 10 jours et continue de recevoir des dons très appréciés d'entreprises de la région.

Le ministère a débloqué un peu plus d'équipements de protection individuelle dans les prochaines semaines et on continue de recevoir des dons en milieu commercial, industriel, minier et agricole, précise Patrick Thiffault, coordonnateur des mesures d'urgence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique