•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police est intervenue dans de petites épiceries gaspésiennes

Des sacs en papier rempli d'aliments sur un tourniquet à l'épicerie.

Des sacs d'épiceries.

Photo : Radio-Canada

La directive du premier ministre de fermer les épiceries les dimanches d'avril n'a pas été comprise partout de la même manière. En Gaspésie, la Sûreté du Québec a dû intervenir pour rappeler à l'ordre certains commerçants qui plaident l'erreur de bonne foi.

Comme d'habitude, le Marché Chez Julie de Mont-Saint-Pierre a accueilli ses premiers clients dimanche dernier à 8 heures.

Rien n'a été fait en cachette, la page Facebook du seul commerce en alimentation du village de 200 personnes annonçait publiquement que les portes demeureraient ouvertes le dimanche, malgré l'annonce du gouvernement du Québec.

À quelques kilomètres de là, à Gros-Morne, l'épicerie du village a fait de même. Encore ici, la propriétaire avait avisé ses clients qu'elle pourrait continuer de les servir les dimanches d'avril.

Mais au cours de la journée, des policiers de la Sûreté du Québec ont dû intervenir pour fermer les commerces.

Les deux propriétaires, qui n'ont pas voulu nous accorder d'entrevue en raison des directives émises par leurs bannières respectives, disent avoir mal compris la directive gouvernementale.

Leur commerce étant de 375 mètres carrés ou moins, ils ne sont pas considérés comme des grandes surfaces. Les deux propriétaires pensaient donc pouvoir bénéficier de l'exception accordée aux dépanneurs.

Elles disent avoir obtempéré immédiatement et que les échanges avec les policiers ont été cordiaux.

Dans un cas les policiers se sont rendus sur place et dans l'autre, la discussion s'est faite au téléphone.

Voici l'extrait de l'arrêté du 2 avril de la ministre de la Santé concernant la fermeture des commerces le dimanche :

« QUE tous les établissements commerciaux de vente au détail soient fermés au public le dimanche, à l’exception des pharmacies, des dépanneurs, des stations-service, des restaurants pour les commandes à l’auto, les commandes pour emporter et la livraison, de même que des épiceries pour les commandes en ligne ou par téléphone, la collecte et la livraison. ».

Dépanneur ou épicerie?

D'ailleurs, bien malin celui qui pourra tracer une ligne entre un dépanneur et une petite épicerie. Particulièrement dans les villages où il n'y a qu'un seul commerce en alimentation, soutien l’Association des détaillants en alimentation du Québec.

Il n'y a pas deux permis différents ni de définition claire de ce qu'est un dépanneur.

Stéphane Lacasse, directeur des affaires publiques, Association des détaillants en alimentation

L'Association avait d'ailleurs avisé le gouvernement du risque inhérent à cette zone grise.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Elle entend poursuivre ses représentations afin que les petites épiceries qui exploitent une surface de 375 mètres carrés ou moins puissent demeurer ouvertes les dimanches.

Il y a plusieurs petits villages où c'est le seul commerce, le dépanneur qui est ouvert est peut-être à 30 kilomètres, ajoute Stéphane Lacasse.

Des cas de petites épiceries demeurées ouvertes dimanche dernier ont d'ailleurs été rapportés dans plusieurs régions du Québec.

Cependant, après vérification, Stéphane Lacasse confirme que les épiceries de moins de 375 mètres carrés sont aussi assujetties à la nouvelle directive, au même titre que les grandes bannières.

Autre exemple illustrant la confusion, cette fois dans le village de Gascons.

La propriétaire du Marché C Huard Ltée a pu exploiter son commerce toute la journée dimanche. Les policiers ne se sont pas présentés chez elle.

Camélia Huard considère que malgré son nom, son commerce est un dépanneur, donc exempt de la directive ministérielle.

Une épicerie, c'est plus gros, nous autres on n'a pas de boucherie, rien, c'est marqué [que] les dépanneurs peuvent rester ouverts et personne ne m'a dit que je devais fermer.

Camélia Huard, copropriétaire, Marché C. Huard Ltée, Gascons

Madame Huard. qui exploite ce commerce familial avec son conjoint. indique que si les autorités lui demandent de fermer, elle obtempérera sans problème.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Commerce