•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« C'est l'incompréhension » dans la famille de l'agent de sécurité happé au Walmart

Philippe Jean en compagnie de ses enfants et de sa femme dont l'identité a été protégée.

La famille de Philippe Jean demeure sous le choc après que ce dernier a été happé samedi soir. Leur identité à été protégée.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'incompréhension, c'est le sentiment qui habite actuellement la famille de Philippe Jean, près de 48 heures après que ce dernier ait été happé par un client en colère dans le stationnement d'un Walmart de Sherbrooke.

C'est incompréhensible, martèle le frère de la victime, Guillaume Jean, encore chamboulé par l'événement.

Son frère de 35 ans qui est aussi le père de cinq enfants avait été embauché comme agent de sécurité afin de faire respecter les mesures de distanciation physique devant ce magasin à grande surface situé aux Galeries Quatre-Saisons, dans l'arrondissement Fleurimont.

Mon frère était à l'école, il finit l'école, parce que les écoles sont fermées... Il se trouve une job pour subvenir aux besoins de sa famille, mercredi passé, raconte Guillaume Jean.

Guillaume Jean est devant le Walmart de Sherbrooke.

Guillaume Jean ne comprend toujours pas ce qui a poussé un individu à faucher son frère dans le stationnement du Walmart de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Il n'arrive toujours pas à s'expliquer le geste commis par le suspect de 25 ans qui aurait attendu la fin du quart de travail de Philippe pour le faucher avec son véhicule.

Le monde est généreux, ils envoient des messages de soutien... oui ça fait du bien, mais mon frère, il a cinq enfants chez lui et ils ne savent pas si leur père va revenir un jour et ça, ce n'est pas normal.

Guillaume Jean, frère de la victime

Philippe Jean, qui serait toujours dans un état critique à l'hôpital, aurait toutefois recommencé à respirer par lui-même et aurait réagi en entendant la voix de sa conjointe, selon son frère. Ces nouvelles encouragent la famille, affirme-t-il.

Guillaume Jean soutient qu'il ne veut pas laisser la colère l'habiter et préfère lancer un appel au calme pour éviter que d'autres familles ne doivent traverser un tel drame.

Le suspect dans cette affaire a été arrêté et demeure en attente de comparution.

Élan de solidarité

Sur les réseaux sociaux, les messages de solidarité affluent en grand nombre. À 15h lundi, déjà plus de 107 000 $ avaient été récoltés pour soutenir la famille de la victime.

Cette campagne de sociofinancement est l'initiative d'Aurélien Hallade qui dispense de la formation aux agents de sécurité.

L'ancien résident de Sherbrooke ne connait pas Philippe Jean, mais il a été instantanément touché par son histoire.

J'ai deux enfants, ça aurait pu être moi, dit-il simplement.

L'élan de solidarité qui a commencé dans la communauté des agents de sécurité se voulait d'abord modeste.

J'avais l'objectif d'amasser 2000 $, c'est un mois de salaire, pour aider la famille et quand je vois le montant ou en est, c'est assez phénoménal, ça dépasse les attentes de tout le monde..Aurélien Hallade, instigateur de la campagne de sociofinancement

Aurélien Hallade rappelle que cette somme n'effacera pas le geste violent qui a été commis, mais il pourra à tout le moins limiter le stress financier vécu par la famille.

Il dit aussi s'être personnellement assuré que l'argent amassé sur la plateforme Tiing sera directement versé à la famille de Philippe Jean.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.