•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Forces armées canadiennes raccourcissent des missions en raison de la COVID-19

glacebay

Le navire Glace Bay est l'un des navires rappelés après que les exercices d'entraînement auxquels il était censé participer ont été annulés en raison de la COVID-19. (Cpl Trevor Matheson / 14e Escadre Imagerie / Ministère de la Défense nationale)

Photo : Autre banques d'images / Maryanne Dupuis

Radio-Canada

L'armée canadienne prend des « mesures sans précédent » pour protéger ses membres contre la COVID-19 et prévenir la propagation du virus.

Pour ce faire, les Forces armées canadiennes ont raccourci certaines missions, rappelé des navires et mis en place une série de règles d'auto-isolement.

Andrée-Anne Poulin, porte-parole du ministère de la Défense nationale, a déclaré par courriel que la propagation mondiale de COVID-19 a un impact sur les opérations dans toutes les régions.

Nous ferons tout notre possible pour que nos marins rentrent chez eux en toute sécurité, a-t-elle écrit.

Plus de 2000 militaires sont actuellement déployées dans une vingtaine de missions et plusieurs de ces personnes ont dû modifier leurs activités en réponse au virus.

Quatre navires de la marine, avec un total d'environ 160 personnes à bord, ont dû abandonner le reste de leurs missions internationales et rentrer chez eux.

Andrew Vaughan/La Presse Canadienne

Quatre navires de la marine ont dû mettre fin au reste de leurs missions internationales en raison de la pandémie de coronavirus.

Photo : Autre banques d'images / Maryanne Dupuis

C’est le cas pour les navires Glace Bay et Shawinigan, qui reviennent d'Afrique, après que deux exercices militaires internationaux aient été annulés en raison de la COVID-19. Ces navires prévoient accoster à Halifax d'ici la mi-avril.

Pour l’instant, il n’a pas été déterminé si les marins devront rester à bord des navires à leur retour ou s'ils pourront rentrer chez eux et s'isoler pendant 14 jours.

La direction discute des différentes options pour le retour des équipages au Canada et consulte notre équipe de soins de santé pour évaluer ce qui est le mieux pour nos marins et leurs familles, mentionne Mme Poulin.

Les navires et l'éloignement physique

Les équipages de la marine sont particulièrement vulnérables à la COVID-19 puisque les navires de guerre modernes ne sont pas conçus pour permettre une distanciation sociale idéale, selon Andrée-Anne Poulin.

La direction de la marine et les équipes de commandement individuelles font preuve de bon sens pour créer une distance physique à bord des navires dans la mesure du possible, ajoute la porte-parole.

Cpl J.W.S. Houck/Services d'imagerie de formation

L'intérieur des navires de guerre comporte plusieurs espaces restreints, ce qui permet difficilement de respecter les règles de distanciation sociale.

Photo : Autre banques d'images / Maryanne Dupuis

Pour éviter que le virus n'atteigne les navires, le personnel doit être examiné avant d’embarquer à bord. Leur état de santé ainsi que leurs antécédents de voyage font partie des éléments surveillés.

Une expérience utile

Mme Poulin affirme que les militaires ont une grande expérience quant à la gestion des maladies infectieuses, puisqu’ils y font souvent face dans les bases, les camps et les navires.

Certaines techniques de prévention et de soins déjà maîtrisées peuvent s’appliquer durant la crise actuelle.

Toutes les unités encouragent leurs équipes à maintenir un haut niveau de propreté personnelle. Les navires sont également nettoyés deux fois par jour.

Les personnes déployées évitent de participer à des activités de formation, des exercices, des événements ou des rassemblements publics qui les mettraient en danger ou qui contribueraient à la propagation de la COVID-19.

Au pays, la majorité du personnel des Forces armées canadiennes a reçu l'ordre de travailler à partir de son domicile.

Avec les renseignements de CBC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Coronavirus