•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wall Street maintient son optimisme et les marchés ferment à la hausse

Les investisseurs semblent retrouver le goût pour les actifs risqués grâce à de premiers signes d'amélioration de la situation sanitaire.

Un sans-abri dort devant la vitrine d'une succursale de la banque Chase.

Un sans-abri dort devant une succursale fermée de la banque Chase, sur Wall Street.

Photo : Reuters / Mike Segar

Radio-Canada

Les investisseurs ont fait preuve d’optimisme lundi, propulsant à la hausse les principaux indices boursiers, tant en Amérique du Nord qu’en Europe.

À la fermeture des marchés, le Dow Jones grimpait de 7,73 %, le S&P 500, de 7,03 % et le NASDAQ, de 7,33 %.

L'optimisme traversait les frontières puisque, à la Bourse de Toronto, le S&P/TSX a terminé sa journée en hausse de 5,06 %

En après-midi, la hausse était aussi observable alors que le Dow Jones, le S&P 500 et le NASDAQ grimpaient tous d’au moins 5,5 % à 14 h 30 (HAE). À Toronto, l’indice composé S&P/TSX s’appréciait de 3,9 %.

En Europe, la valeur du DAX allemand a augmenté de 5,7 % lors de la séance, tandis que le CAC français et le FTSE de Londres se sont respectivement contentés de 4,6 % et de 3,08 %.

En Asie, l'indice Nikkei de Tokyo a terminé la séance sur un bond de plus de 4 %, et la Bourse de Hong Kong (+2,2 %) a inscrit sa meilleure clôture des trois dernières semaines.

Les investisseurs semblent retrouver le goût pour les actifs risqués grâce aux signes d'amélioration de la situation sanitaire, qui portent à croire que les mesures de confinement en vigueur partout dans le monde limiteront la propagation de la COVID-19.

À court terme, nous pensons que les performances du marché dépendent principalement de la rapidité avec laquelle l'activité économique peut se normaliser et de la portée des mesures budgétaires pour limiter les faillites d'entreprises et les pertes d'emplois.

Mark Haefele, directeur des investissements chez UBS Global Wealth Management

L'Italie et l'Espagne, les deux pays européens les plus touchés par la pandémie, ont signalé un ralentissement du nombre de décès dus au coronavirus.

En Allemagne, le nombre de nouvelles contaminations a baissé pour la quatrième journée de suite et, en France, le nombre de morts en milieu hospitalier a reculé de samedi à dimanche.

Dans l'État de New York, épicentre de l'épidémie aux États-Unis, le nombre de nouveaux décès a diminué dimanche pour la première fois en une semaine tout en restant à un niveau extrêmement élevé.

Le sursaut de ce début de semaine s'explique par l'optimisme grandissant vis-à-vis des chiffres de la mortalité liée à la COVID-19, qui commencent à atteindre un niveau plateau en Europe après que l'Espagne, l'Italie et la France ont rapporté une baisse des décès dans leurs pays respectifs, commente Michael Hewson, chez CMC Markets.

Les investisseurs ont aussi pris connaissance d'une série de nouvelles mesures annoncées par le Japon, Singapour et l'Espagne pour amortir les effets économiques du virus, tandis qu'aux États-Unis, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a évoqué la perspective d'un autre plan au cours du mois pour stimuler l'économie américaine, indique-t-il.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !