•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier cas de COVID-19 dans la Première Nation d’Onion Lake

Des pancartes qui montrent le logo de la Première Nation crie d'Onion Lake.

La Première Nation crie d'Onion Lake, dans le nord-ouest de la Saskatchewan, signale son premier cas de COVID-19.

Photo : Archives

Radio-Canada

La Première Nation crie d’Onion Lake, située au nord de Lloydminster, tout près de la frontière entre la Saskatchewan et l’Alberta, confirme qu’une première personne est atteinte de la COVID-19.

Le comité sur la pandémie a été dépêché et commencera le processus afin de s’assurer que les personnes exposées respectent les consignes de confinement, peut-on lire dans une publication de la Première Nation d’Onion Lake sur Facebook.

Le médecin hygiéniste de Services aux Autochtones Canada, qui est responsable des Premières Nations en Saskatchewan, le Dr Ibrahim Khan, dit qu’il s’agit du troisième cas dans le nord de la province et que la personne infectée est dans un état stable à la maison.

Selon lui, huit personnes ont eu des contacts étroits avec la personne infectée par la maladie et tout indique qu’il s’agirait d’un cas de transmission communautaire survenu à l’extérieur du territoire de la Première Nation. L’enquête est cependant toujours en cours.

Mesures communautaires

Les membres de la Première Nation d’Onion Lake sont confinés depuis vendredi et le demeureront jusqu’à ce que le chef et le conseil de bande déterminent qu’il est sécuritaire de sortir de la maison.

Un couvre-feu est également en place depuis le 25 mars, empêchant toute personne de sortir de la maison entre 22 h et 6 h.

Puis, dans une mise à jour faite vendredi, la Première Nation a annoncé que plusieurs points de contrôle ont été établis afin que les visiteurs soient interrogés et dépistés systématiquement à leur entrée dans la communauté.

Les voyages non essentiels ont été interdits, et les personnes qui se rendent dans les grands centres comme Edmonton ou Saskatoon doivent obligatoirement s’isoler pendant 10 jours à leur retour à Onion Lake. Un système de surveillance a notamment été instauré pour s’assurer que ces personnes demeurent confinées.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Autochtones