•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : le Japon s'apprête à déclarer l'état d'urgence

 Shinzo Abe ajuste son masque de protection.

Le premier ministre Shinzo Abe s’adresse aux médias depuis sa résidence officielle à Tokyo.

Photo : Reuters / Issei Kato

Agence France-Presse

Le gouvernement japonais se préparait lundi à déclarer l'état d'urgence afin d'endiguer la propagation de la pandémie de coronavirus, qui s'est accélérée dernièrement dans certaines régions du pays, notamment à Tokyo.

Le premier ministre Shinzo Abe devait consulter lundi un comité d'experts conseillant son gouvernement pour gérer la crise sanitaire et de nombreux médias locaux spéculaient sur une déclaration de l'état d'urgence dès mardi.

Bien que voisin de la Chine, foyer d'origine de la COVID-19, le Japon est jusqu'à présent nettement moins touché par la pandémie que l'Europe ou les États-Unis. L'archipel totalisait dimanche quelque 3650 cas pour 73 décès, selon un dernier bilan officiel.

Le nombre de cas a cependant sensiblement augmenté depuis deux semaines, notamment à Tokyo où 148 nouvelles infections ont été recensées dimanche, un nouveau record local.

Ces chiffres ont progressivement accru la pression sur le gouvernement pour intensifier son action face à la pandémie. D'autant que la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, a déjà appelé ses administrés à télétravailler autant que possible et à éviter les sorties non indispensables le week-end.

Nous n'avons rien reçu d'officiel pour l'heure, mais nous nous préparons en partant du principe que Tokyo sera désigné parmi les régions concernées par l'état d'urgence, a déclaré lundi Mme Koike à la presse.

L'état d'urgence devrait seulement viser certaines régions. Il ne devrait pas entraîner des mesures de confinement aussi draconiennes que celles en vigueur dans de nombreux autres pays, dont en Europe.

Concrètement, les gouverneurs des régions concernées pourront demander aux habitants de rester chez eux et appeler les commerces non essentiels à suspendre leurs activités. Les autorités pourront aussi réquisitionner des terrains ou des bâtiments existants à des fins médicales.

Les autorités japonaises n'ont toutefois pas le pouvoir de forcer la population à se confiner et les commerces à fermer ni à les sanctionner s'ils ne respectent pas les consignes.

Le système repose beaucoup sur le civisme attendu de la part des citoyens, soumis à une pression sociale constituant généralement une force de dissuasion majeure.

Le Japon est toujours hanté par le sombre héritage de son régime militariste jusqu'à 1945, qui opprimait durement les libertés individuelles, a rappelé à l'AFP Yoshinobu Yamamoto, professeur émérite de l'Université de Tokyo, spécialiste des relations internationales.

Cependant, si le cadre actuel de l'état d'urgence ne s'avérait pas efficace, certaines voix pourraient réclamer un pouvoir plus fort pour contrôler les gens. Cela pourrait créer un précédent, a-t-il estimé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International