•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa pourrait siéger dans un Parlement virtuel pendant la crise

Pablo Rodriguez parle debout aux Communes.

Le leader du gouvernement à la Chambre des communes, Pablo Rodriguez.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le leader du gouvernement aux Communes, Pablo Rodriguez, demande au président de la Chambre d'évaluer la possibilité de siéger à distance en raison de la crise sanitaire provoquée par la COVID-19.

Pablo Rodriguez en a fait l’annonce dimanche sur Twitter ,où il a dévoilé la missive qu’il a envoyée au député Anthony Rota, le président de la Chambre des communes, à Ottawa.

Il a également transmis une copie de sa correspondance à tous les leaders des partis d'opposition.

M. Rodriguez souhaite mettre en place des « solutions innovatrices » qui permettraient aux parlementaires de continuer à demander des comptes au gouvernement durant la pandémie de COVID-19.

J'aimerais obtenir des conseils et de l'aide en ce qui concerne la capacité de l'administration de la Chambre des communes à tenir des séances virtuelles de la Chambre dans le cadre desquelles elle pourrait mener ses travaux réguliers, écrit-il.

Pablo Rodriguez est conscient que cette nouvelle méthode de travail comprend d’importantes modifications au Règlement de la Chambre des communes ainsi que la tenue de consultations avec les partis d’opposition.

Avant d’entreprendre des démarches en ce sens, j’espérais pouvoir obtenir de votre bureau des conseils et des idées sur la façon de mener à bien ce projet, peut-on lire dans le document.

Un appui du Bloc

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a ajouté sa voix à cette demande de convoquer un Parlement virtuel.

Dans une lettre adressée au président Antony Rota, le Bloc souhaite que les élus aient « un espace de discussion » pour faire des propositions au gouvernement, afin de traverser cette crise sanitaire qui s'accompagne inévitablement d'une crise économique.

Le Bloc suggère l'idée d'un Parlement virtuel non décisionnel. Pour simplifier le processus, on propose de reproduire la formule de convoquer un nombre restreint de députés en respectant le poids de chaque parti. Il reviendrait aux partis de désigner leurs représentants.

De plus, la formation politique estime que ce Parlement virtuel n’aurait pas à siéger « autant d’heures que le ferait la Chambre des communes dans des conditions normales ». Aussi, elle croit que les médias devraient avoir accès aux travaux et qu’ils puissent effectuer des mêlées de presse virtuelles.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique