•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La suspension de la cote R réclamée dans les cégeps

Le drapeau du Québec

La FECQ estime que la pandémie de COVID-19 risque de causer des inégalités entre les étudiants à travers la province.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Pour éviter les injustices et les inégalités entre les étudiants inscrits au cégep dans un contexte de pandémie, la Fédération étudiante collégiale du Québec réclame la suspension de la cote R pour la session d'hiver 2020.

La cote de rendement au collégial (CRC), communément appelée la cote R, est un critère d'admission aux programmes universitaires contingentés. Elle est calculée par le Bureau de coopération interuniversitaire (BCI).

Pour chaque cours, la cote est influencée par la note de l'étudiant en regard de la moyenne de tous les étudiants inscrits au cours.

En raison de la pandémie, le gouvernement a fermé obligatoirement les établissements scolaires. Pour les cégeps et les universités, il a été décidé de maintenir les activités d'enseignement, mais en ligne.

Plus de deux semaines se sont écoulées depuis, et la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) constate un risque d'inégalités grandissant entre les étudiants, mais aussi entre les établissements. Elle demande donc la suspension de la cote R pour la session en cours.

Présentement, la situation de pandémie est anxiogène. Pour les étudiants, qui ne savent pas trop comment la session va se terminer, c'est un stress important. Si on peut enlever le souci de la cote R de l'équation, on s'aide à progresser, plaide Philippe Clément, président de la FECQ.

Des représentations sont actuellement faites en ce sens auprès du BCI et du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur.

Pas tous égaux

À son avis, les cégeps comme les individus ne sont pas tous égaux devant la pandémie.

D'abord les cégeps n'ont pas tous les mêmes ressources pour relancer la session en ligne et n'appliqueront pas tous les mêmes directives, de l'autre parce que le contexte personnel de chaque étudiant n'est pas le même. Il cite en exemple les parents-étudiants et les personnes en difficulté d'apprentissage.

On ne veut pas que les personnes en situation privilégiée se trouvent avantagées par rapport à des personnes qui sont plus fragiles, qui ont besoin de plus d'encadrement.

Philippe Clément, président, Fédération étudiante collégiale du Québec

Le 27 mars, le BCI annonçait des mesures d'assouplissement pour le calcul de la cote R en raison de la situation exceptionnelle provoquée par la pandémie. Mais ces mesures n'excluaient pas le calcul de la cote pour la session d'hiver 2020 pour tous.

Le BCI propose de calculer la cote des étudiants de deux manières. La première avec les notes chiffrées (selon les cours et les cégeps), et l'autre en excluant les notes de la session d'hiver 2020.

Le Bureau ne conserverait ensuite que la moyenne la plus élevée. La FECQ croit que ce pas en avant est louable, mais ne vient pas corriger les inégalités.

À noter que les demandes d'admission à l'université pour la session d'automne 2020 tenaient compte de la cote R calculée en février. La session d'hiver n'a donc pas d'impact.

Maintenir la session

La FECQ ne milite pas pour la fin immédiate de la session en attribuant une note finale en fonction des évaluations déjà réalisées. Au Cégep Garneau par exemple, qui n'est pas membre de la Fédération, on demande de terminer la session le 14 avril.

Philippe Clément croit qu'un système de notation avec la mention succès ou incomplet, sans effet sur la cote R, permettra aux étudiants d'acquérir les apprentissages. Il faut viser l'atteinte des compétences en permettant aux cégeps de maintenir la session, souligne le président de la FECQ.

Il reviendra selon lui aux enseignants de déterminer à quel moment et à quelle date les étudiants d'un cours auront atteint les objectifs. Différents cours pourraient donc se terminer avant la fin de la session. On fait confiance aux enseignants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Société