•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Coop Paradis amorce les travaux pour son déménagement

L'édifice de la Coopérative Paradis

L'édifice actuel de la Coopérative Paradis, sur l'avenue Michaud à Rimouski. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Archives

C’est après une décennie de réflexion que la Coopérative Paradis entame les travaux pour s'installer dans un nouveau développement de la ville de Rimouski, entre la 2e rue Est et le boulevard Arthur-Buies Est, tout près de l'université.

La directrice des opérations par intérim de la Coop Paradis, Elsa Lambert, a confirmé à l'émission Info-réveil que la Coop déménagera finalement à l'Espace urbain Alcide-C.-Horth.

C'est sûr que le Paradis, tout le monde le voudrait sur son terrain pour sauver un bâtiment patrimonial, mais tout a été essayé, ça n’a pas marché, le temps compte, puis un moment donné, il faut aller de l’avant.

Elsa Lambert, directrice des opérations par intérim de la Coopérative Paradis

Selon Elsa Lambert, 96 % des membres de la Coopérative Paradis ont voté en faveur de cet emplacement, au début du mois de mars.

C’est parti! [...] Les travaux sont commencés et on ne retournera pas en arrière.

Elsa Lambert, directrice des opérations par intérim de la Coopérative Paradis

Espace urbain Alcide-C.-Horth

La Coop sera un des premiers bâtiments à faire partie de ce nouveau projet de développement de la Ville de Rimouski.

Le projet urbain sera situé dans le secteur résidentiel des Prés du Saint-Rosaire, entre la 2e rue Est et le boulevard Arthur-Buies Est, derrière l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et le Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM).

Plan virtuel d'aménagement de l'Espace Urbain.

Le projet d'espace urbain sera situé derrière l'Université du Québec à Rimouski et le Centre de recherche sur les biotechnologies marines.

Photo : Radio-Canada / Carolanne Jean

Elsa Lambert se dit enthousiaste du lieu choisi pour le déménagement.

Sur le nouveau terrain, c’est un espace vierge, on a champ libre, lance Elsa Lambert. On n’aura pas de contraintes, ça va vraiment être génial [...]. Ça pousse à la créativité.

L’entreprise industrielle qui s’occupe des plans du futur bâtiment de la Coopérative Paradis rencontrera les architectes et les ingénieurs vers la fin du mois d’avril, confirme Elsa Lambert.

La rue Alcide-C-Horth à Rimouski.

La rue Alcide-C-Horth à Rimouski. (Archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

En plus de la salle de spectacle, la directrice des opérations pense que sept à huit locataires pourront occuper les bureaux dans le nouveau bâtiment. Un café-bar y sera également intégré.

Avec le nouvel emplacement, la Coopérative souhaite attirer chez elle les jeunes familles qui habitent dans le secteur, en plus des étudiants qui composent une grande partie de la clientèle actuelle.

On voit la Coop Paradis comme un catalyseur d’achalandage, qui représente bien la réalité culturelle de la région de Rimouski.

Marc Parent, maire de la Ville de Rimouski

Le maire de la Ville de Rimouski, Marc Parent, dit avoir reçu la demande officielle de la part de la Coop Paradis. Il indique que le Conseil municipal fera bientôt une suggestion plus précise quant à l’emplacement que la Coopérative pourrait occuper.

Plan de l'espace urbain Alcide-C.-Horth.

Plan de l'Espace urbain Alcide-C.-Horth (Archives)

Photo : Gracieuseté Ville de Rimouski

Marc Parent soutient que d’autres dossiers pour l’Espace urbain Alcide-C.-Horth sont en progression. On espère pouvoir faire de belles annonces dans ce secteur-là [bientôt], annonce-t-il.

La COVID-19 ne freine pas les travaux

Elsa Lambert dit que les travaux ont été relancés pour le programme fonctionnel et technique du futur bâtiment de la Coop. La directrice des opérations rapporte que tout se fait en télétravail pour l’instant. Elle espère que d’ici l’été, 50 % des plans de la coopérative seront entrepris.

Il faut relancer les travaux parce qu’on a une entente de principe avec le ministère de la Culture et si on attend trop, on va perdre notre entente, explique-t-elle.

Elsa Lambert affirme que l'équipe d’experts qui devait se rendre sur le terrain directement ne le fera pas avant plusieurs semaines, en raison de la pandémie de COVID-19.

La directrice des opérations espère que la construction du bâtiment se fera d’ici les deux prochaines années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !