•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les citoyens de Cadillac forcés de parcourir 100 km pour faire l'épicerie

Une rue d'un quartier rural, en hiver.

Le quartier Cadillac, à Rouyn-Noranda, l'hiver

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Des résidents du quartier Cadillac à Rouyn-Noranda demandent une dérogation afin de pouvoir faire leurs achats à Preissac ou Malartic. Ils devront faire près de 100 kilomètres aller-retour pour leur épicerie, puisque Rouyn-Noranda est isolé du reste de la région.

Cadillac fait partie de la Ville de Rouyn-Noranda, mais est à 50 kilomètres du centre-ville. De nombreux citoyens ont pour habitude de faire leurs achats à Preissac, Malartic ou même à Val-d'Or.

Une situation devenue impossible puisque les entrées et sorties de Rouyn-Noranda sont maintenant contrôlées depuis samedi.

La décision soulève la grogne

Une décision qui soulève la grogne de plusieurs qui considèrent beaucoup plus risqué de faire leur épicerie à Rouyn-Noranda

C'est complètement ridicule. Pourquoi aller là? Le moins possible de gens devraient aller à Rouyn-Noranda me semble que c'est la logique, affirme Claude Rancourt, qui souhaite que l'épicerie de Malartic puisse au moins livrer à Cadillac.

Comme il n'y a pas de cas connu publiquement de la COVID-19 à Cadillac en ce moment, le représentant du conseil de quartier de Cadillac, Yvon Hurtubise considère que cette décision risquerait d'agrandir le foyer de contamination.

Il y a beaucoup de cas à Rouyn-Noranda, c'est comme s'ils envoyaient les gens de Cadillac dans un nid de guêpes illustre Yvon Hurtubise, qui souhaite que la municipalité revoie sa décision.

Un barrage de la SQ pour contrôler les accès à Rouyn-Noranda.

Un barrage de la SQ pour contrôler les accès à Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Lise Millette

Yvon Hurtubise ajoute que c'est illogique considérant que la Santé publique demande de réduire les déplacements.

La résidente de Preissac, Danielle Magny, abonde dans le même sens. Elle affirme que Preissac et Cadillac ont toujours été liés par des liens d'affaires ou familiaux, bien plus qu'avec le centre-ville de Rouyn-Noranda.

Là c'est même plus volontaire, ils sont obligés d'y aller, je trouve qu'ils ont manqué un peu de réflexion avant de prendre la décision d'inclure Cadillac dans leur périmètre de confinement.

La Ville prête à trouver une solution

La mairesse de Rouyn-Noranda Diane Dallaire a précisé sur nos ondes que les citoyens de Cadillac qui veulent éviter de faire leur épicerie à Rouyn-Noranda peuvent la faire livrer à partir de Malartic. En entrevue à l'émission Des matins en or, la mairesse a affirmé que cette décision a été prise lors d'une rencontre du conseil de quartier.

Dès aujourd'hui, il sera possible de recevoir la livraison d'épicerie de Malartic pour ceux qui le faisaient déjà, a-t-elle dit. Il va y avoir une autorisation donnée, mais on a parlé aux gens et on est là pour tenter de trouver des solutions avec eux. On a compris leurs inquiétudes et on chemine là-dedans, il y a des rencontres prévues aussi aujourd'hui.

Dans un message sur Facebook partagé la semaine dernière, la mairesse de la Ville de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire a assuré que son conseil cherchait activement des solutions. Je sais que votre situation est particulière en raison de votre proximité avec la Ville de Malartic, pour l'épicerie entre autres, mais aussi d'autres services, mais sachez que nous sommes déjà à la recherche de solutions, déjà certaines ont été avancées, des solutions qui vont vous aider au respect des mesures annoncées aujourd'hui, dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Alimentation