•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des lieux d'hébergement pour aînés souhaitent aussi se procurer des masques

Une employée de manufacture qui porte des vêtements de protection tient une pile de masques chirurgicaux.

Des résidences pour aînés de la région veulent avoir des masques.

Photo : afp via getty images / SAM PANTHAKY

En Abitibi-Témiscamingue, les responsables de lieux d’hébergement pour aînés prennent les devants pour s'assurer des quantités suffisantes de masques.

C'est le cas des Jardins du Patrimoine à Rouyn-Noranda qui a lancé un appel sur Facebook pour trouver des fournisseurs qui peuvent lui en procurer.

Avec la rareté des masques, la directrice générale Joanne Malo préfère prendre les devants pour ne pas en manquer.

Elle affirme n'avoir jamais été obligée de lancer un tel appel par le passé.

Normalement les seules périodes ou on a besoin de masques c'est dans les éclosions de gastro et l'influenza, on en a toujours à l'avance, mais dans cette période avec la COVID-19, c'est certain qu'on a une demande qui est plus grande, on en utilise beaucoup plus, étant donné qu'il y a des personnes qui sont en isolement préventif dans des logements, en utilise les masques plus que d'habitude, soutient la responsable.

Joanne Malo se réjouit de la réponse qu'elle a obtenue jusqu'à maintenant.

Au Témiscamingue, la Table de concertation pour personnes âgées a également fait appel au CISSS AT pour l'aviser de ses besoins en masques.

Les responsables affirment qu'il n y a pour le moment pas urgence en la matière.

Ils veulent toutefois s'assurer de couvrir les besoins des trois résidences pour aînés situées à Ville-Marie, à savoir Lucien-Gaudet, Marguerite d’Youville et le Court Séjour.

On en a un petit peut, mais pas tant, c'est pour ça qu'on a lancé un appel au CISSS-AT pour nous en procurer dès que ça sera possible. On a fait une demande d'une boite pour chaque résidence, on a deux résidences ainsi que la maison court séjour, fait savoir Line Gélinas est la directrice générale adjointe de l'organisme.

Cependant, d'autres résidences nous ont expliqué qu'elles n'ont pas besoin de se doter de masques pour le moment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé