•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiants du Cégep Garneau réclament la fin de session le 14 avril

Des étudiants dans une salle de classe au Cégep  Garneau

Les étudiants du Cégep Garneau devraient être convoqués en référendum cette semaine, selon une résolution de l'association étudiante.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Des étudiants inscrits au Cégep Garneau réclament la fin de la session d'hiver dès le 14 avril. Les étudiants devraient être consultés par référendum cette semaine.

L'initiative d'un étudiant, qui a lancé une pétition ayant acquis les 100 signatures nécessaires, a forcé la tenue d'une assemblée générale par l'Association étudiante Cégep Garneau-Fxg.

Tenue en ligne vendredi, elle portait notamment sur l'éventualité d'un vote de grève.

L'assemblée générale s'est plutôt terminée par une liste de revendications. Elles ont été adoptées par résolution, sur laquelle 500 des quelque 5300 étudiants inscrits au programme régulier ont pu voter à distance.

Parmi les revendications, on réclame ni plus ni moins que la fin de la session en raison de la pandémie, qui a forcé la fermeture des établissements scolaires.

Nous exigeons [...] que la session soit validée et terminée en date du 14 avril avec les notes déjà inscrites ou en voie de l'être, peut-on y lire.

Il est inacceptable de penser continuer une session en se disant que "ça va bien aller" dans un contexte de pandémie mondiale.

Extrait de la résolution

Le document évoque la tenue d'un référendum sur la question dans la semaine du 6 avril.

L'association étudiante a tenu à clarifier, dimanche, que cette position n'était pas la sienne officiellement. Si le oui l'emportait lors du vote, elle serait alors défendue par le comité exécutif de l'association.

Trop d'iniquités

Les étudiants qui demandent la fin des évaluations estiment que trop d'étudiants auront à reprendre des cours selon le compromis actuellement en place, qui est d'abandonner un cours sans mention d'échec en ajoutant le terme « incomplet » au dossier.

Ils estiment que l'accès au matériel scolaire ou informatique pour suivre la formation à distance, ainsi que la situation familiale (parents-étudiants) ou économique, n'est pas le même pour tous.

L'option proposée, l'octroi de la mention "incomplet" aux élèves ne pouvant participer aux cours, est une mesure injuste [puisque] les étudiants devront reprendre leur session.

Extrait de la résolution

Les étudiants croient qu'une politique de notation comme celle mise en place à l'Université du Québec à Rimouski serait une solution appropriée. On y poursuit les activités pédagogiques mais plusieurs cours ne comptabilisent plus les notes depuis le 14 mars.

L'Université Laval a adopté une approche similaire la semaine dernière, mais maintient les évaluations.

La possibilité d'un vote de grève a été exclue pour le moment au Cégep Garneau, a précisé l'exécutif de l'association étudiante dans un message sur les réseaux sociaux.

La COVID-19 dans la grande région de Québec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Éducation