•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Happé par un client frustré, un agent de sécurité de Walmart dans un état critique

Un agent de sécurité du Walmart des Galeries Quatre-Saisons a été happé par la voiture d'un client mécontent.

Photo : Radio-Canada / Annick Sauvé

Radio-Canada

À Sherbrooke, un agent de sécurité sous contrat avec le Walmart des Galeries Quatre-Saisons est dans un état critique, mais stable, après avoir été happé par la voiture d'un client mécontent, qui s'est vu refuser l'accès au commerce pour respecter les mesures de distanciation sociale.

Samedi soir, le suspect de 25 ans était accompagné de sa conjointe et s'est rendu au commerce vers 17 h.

Selon les informations des policiers, l'agent de sécurité, employé de titan Sécurité, a refusé de laisser entrer les deux personnes, spécifiant qu'un seul individu par véhicule pouvait avoir accès au commerce. Frustré, le suspect a alors pris son véhicule et est entré en collision avec l'employé.

Les deux personnes ont dû quitter le commerce, l’altercation s’est poursuivie dans le stationnement, a expliqué le porte-parole du Service de police de Sherbrooke (SPS), Martin Carrier. À un certain moment, le client frustré fonce directement avec son véhicule sur l’employé en le traînant même sur le capot sur plusieurs mètres.

À un certain moment, le conducteur effectue une manœuvre pour faire tomber l’homme, qui a subi de très graves blessures à la tête et qui a été conduit au centre hospitalier, a ajouté Martin Carrier.

Pascal Plamondon nettoyait les trottoirs à proximité du commerce, lorsque l'événement s'est produit. Il a rapidement réagi lorsqu'il a vu que le suspect tentait de quitter les lieux.

J'ai accéléré tout de suite avec le bucket pour essayer de lui bloquer le chemin, ou la sortie du Quatre-Saisons, explique-t-il. Mais je n'ai pas été assez vite. Quand il est passé devant moi, j'ai pris son numéro de plaque. Ensuite, je me suis dirigé vers la victime pour lui apporter les premiers secours.

Le couple a pris la fuite et a été retrouvé en soirée dans un logement de Sherbrooke. Grâce aux informations de Pascal Plamondon, le conducteur a été arrêté et interrogé.

La victime de 35 ans lutte présentement pour sa vie, précise Martin Carrier. L’enquête a été amorcée par le SPS et nos collègues de la Sûreté du Québec collaborent au dossier.

[C’est] Un geste complètement gratuit avec des conséquences extrêmement graves.

Martin Carrier, porte-parole du SPS

Le suspect, toujours détenu, devrait faire face à des accusations d'agression armée avec un véhicule, voies de fait graves et délit de fuite. Il devrait comparaître lundi en personne. Les accusations pourraient changer advenant l’état de la victime. Elles pourraient être encore plus graves si le pire advenait, a mentionné le porte-parole du SPS.

Quant à sa conjointe, elle ne devrait pas être accusée. Dans notre enquête, pour l’instant, il n’y aura pas d’accusation pour la passagère, a clarifié Martin Carrier.

Les policiers devraient encore rencontrer des témoins dimanche. L’enquête est toujours en cours, a mentionné Martin Carrier. Il y a certaines zones qu’on devra vérifier, des rencontres de témoins qui devront se faire encore dimanche pour nous permettre d’apporter d’autres éléments dans ce dossier.

Un appel au calme

Le directeur du SPS, Danny McConnell, lance un appel au calme à la suite de ces événements, et a tenu à rappeler à la population de faire preuve de civisme en ces temps difficiles.

J'insiste sur le fait que la population doit respecter les agents et les employés des commerces, qui ne font qu'appliquer les mesures de distanciation sociale imposée par le gouvernement du Québec pour diminuer les risques de contagion dans les lieux publics et protéger la santé et la sécurité de la population sherbrookoise.

Danny McConnell, directeur du SPS

Le directeur du SPS souligne par ailleurs que les commerçants ont le droit de refuser l'accès à leur boutique, si les clients ne respectent pas les règles, et que les policiers interviendront si les gens sont récalcitrants.

Une onde de choc

La famille de la victime, se disant sous le choc, n'a pas voulu commenter l'événement. Toutefois, le frère de la victime a partagé un message sur Facebook.

Hier, nous allions chercher mon frère après son travail, mais c'est une scène de crime que nous avons trouvée. Parce que quelqu'un refusait la distanciation sociale, il s'est dit que tenter d'éloigner mon frère de ses cinq enfants et de sa femme, peut-être pour toujours, soulagerait sa frustration.

Frère de la victime

En fin de journée dimanche, l'homme de 35 ans demeurait dans un état critique, mais aurait commencé à respirer par lui-même, indique le frère de la victime.

Le directeur principal, affaires publiques de Walmart, Steeve Azoulay, a indiqué par courriel être très attristé d’apprendre cet incident. Dans son message, M. Azoulay rappelle que le magasin a introduit de nouveaux protocoles de distanciation sociale afin de protéger nos associés et nos clients et nous encourageons fortement tous les Canadiens à y adhérer.

Quant à l'entreprise Titan Sécurité, elle a publié un message sur Facebook pour dénoncer l'acte de violence dont son employé a été victime, et s'est dite profondément attristée par cette agression non provoquée en période de crise nationale où nous essayons tous de faire appliquer la réglementation mise en oeuvre par notre gouvernement.

Nous souhaitons à notre agent un rétablissement complet et nous le soutiendrons ainsi que sa famille en ces temps difficiles, a-t-elle ajouté.

Une campagne de sociofinancement qui a été mise sur pied dimanche a déjà permis d'amasser plus de 40 000 $ pour soutenir la famille de la victime.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Coronavirus