•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur la piste du coronavirus

Un plombier-chauffagiste et un berger malinois : voilà le duo improbable qui se joint à l’effort mondial contre le coronavirus.

Ila, une chienne berger malinois, et son maître, Sidi Drici.

Un organisme de bienfaisance en Grande-Bretagne a fait appel à Sidi Drici et Ila, un berger malinois, pour effectuer un essai de dépistage canin contre la COVID-19.

Photo : Courtoisie / Sidi Drici

Ila, une chienne de six ans entraînée au dépistage des fuites de gaz naturel et son propriétaire, Sidi Drici de Melun, en France, ont pris la route de la Grande-Bretagne cette semaine afin de participer à la lutte contre la COVID-19.

La paire y est attendue par un organisme de bienfaisance spécialisé dans le dressage canin à visée scientifique.

En contactant Sidi Drici, l’organisme s’est dit intéressé par les capacités et le flair de l'animal. La recherche sera menée avec une université située dans le nord-est du pays et une école supérieure de médecine spécialisée dans les maladies tropicales à Londres.

[Ila] peut déjà détecter les cancers du sein, de la prostate, les stupéfiants, les explosifs et l’argent, la chienne, elle fait tout, alors je suis très optimiste. Ils ont la molécule du COVID-19, forcément je crois qu’elle y arrivera rapidement, raconte Sidi Drici au téléphone.

C’est beaucoup d’espoir qui se fonde sur le museau d’un chien et de sa truffe. L’objectif, c’est que des chiens à la recherche du nouveau coronavirus soient formés de la même manière que les chiens que l'organisme de bienfaisance, qui souhaite garder l’anonymat, a déjà formés pour détecter des tumeurs cancéreuses, la maladie de Parkinson et les infections bactériennes, en reniflant des échantillons et en indiquant quand ils l'ont trouvé.

L’artisan français de 35 ans n’est pas peu fier des accomplissements de sa chienne, qui n’en est pas à sa première reconnaissance. Ila a reçu le Trophée des chiens héros à Paris dans la catégorie chiens civils pour sa capacité à détecter les fuites de gaz en 2019. Il se rappelle des moqueries à ses débuts, mais il dit croire que la nature peut souvent plus que l’homme et ses machines.

Sidi Drici reçoit, au nom de sa chienne Ila, le Trophée des chiens héros à Paris.

Ila a reçu le Trophée des chiens héros à Paris dans la catégorie « chiens civils » pour sa capacité à détecter les fuites de gaz en 2019.

Photo : Courtoisie / Sidi Drici

Comme chauffagiste, je travaillais avec des machines à 100 000, 200 000 euros, mais qui n’arrivaient pas toujours à détecter les fuites. Le gaz est inodore à la base. Quand vous avez des fuites de gaz que vous sentez, c’est parce que Gaz de France ajoute une odeur à son mélange, explique-t-il. Ila travaille sur les molécules. C’est différent du travail de dépistage de drogue par exemple. Elle m’a détecté des fuites jusqu’à 2,85 mètres de profondeur.

En fait, Ila est entraînée tous les jours pour détecter les fuites de gaz depuis l’âge de six mois. Depuis le début de sa carrière, elle est intervenue 209 fois, toujours avec succès.

Pour elle, c’est comme un jeu. J’ai eu des offres des pays du Golfe, de l’Allemagne, des États-Unis, de la Russie. Mais bon, je suis attaché à mon coin de pays, et surtout à Ila. Pas question de partir ailleurs et encore moins de la vendre à qui que ce soit, même si on m’a souvent proposé des sommes astronomiques, indécentes. C’est un membre de la famille, ajoute Sidi Drici.

Le maître d’Ila n’en est pas à son premier geste de solidarité depuis le début de la pandémie. Chez lui, à Melun, il multiplie les collectes et les distributions de denrées alimentaires aux plus démunis, même en période de confinement.

Je suis un artisan, c’est tout. Mais je me dis que si Ila et moi on peut aider, si ça arrivait à un membre de ma famille, si c’était mes enfants, je me dis que j’aurais aimé que tout le monde ait fait ce qu’il pouvait. C’est catastrophique ce que le monde vit en ce moment.

À lire aussi :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !