•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les épiceries fermées le dimanche au Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des gens font la queue et gardent leurs distances devant une pharmacie à Montréal.

Le reportage de Jacaudrey Charbonneau.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les changements dans les habitudes de consommation des Québécois provoqués par la pandémie de coronavirus se poursuivent : voilà que les détaillants en alimentation seront fermés dimanche.

Cette directive a été annoncée par le premier ministre François Legault le lundi 30 mars. La mesure vise à donner un répit aux employés des marchés d’alimentation, qui sont actuellement débordés. Elle s’appliquera tous les dimanches du mois d’avril.

On ne peut pas demander d’avoir les pleins services sept jours sur sept pendant des semaines, a dit M. Legault lors de son annonce.

Les épiceries, considérées par l’État comme un service essentiel, avaient déjà réduit leurs heures d’ouverture pour s’ajuster à la propagation du coronavirus dans la province.

Plusieurs bannières ont indiqué qu’elles suspendaient également les livraisons le dimanche.

Certaines épiceries profiteront de la fermeture obligatoire pour regarnir les tablettes, procéder à du nettoyage ou encore faire des modifications à leurs installations... avant de rouvrir lundi.

Ruée dans les supermarchés

La nouvelle consigne semble avoir été bien entendue par la population, car les consommateurs étaient très nombreux à faire leurs courses, samedi.

On pouvait constater des files d’attente particulièrement longues à l’extérieur des supermarchés. Et c’était partout pareil, de quartier en quartier. Les gens attendaient séparés par une distance de deux mètres.

Des gens portaient des masques et des gants en faisant la queue. Des agents de sécurité étaient parfois postés à l’entrée pour faire respecter l’ordre à l’extérieur.

Craignait des débordements, l’Association des détaillants en alimentation du Québec (ADAQ) a même demandé la collaboration de certains corps policiers pour assurer une surveillance près des supermarchés.

Malgré l’abondance de consommateurs, le tout s’est déroulé dans le calme et les clients ont pu faire leurs emplettes sans heurts.

Limiter les sorties à l'épicerie

Les marchés d'alimentation ont engagé du personnel supplémentaire pour répondre à la demande. Toutefois, le nombre de clients dans les établissements demeure restreint en raison des mesures de sécurité prônées par la santé publique.

On ne peut pas avoir plus de personnes en magasin. On doit respecter la distanciation sociale. On doit respecter, tout dépendamment de la grandeur de superficie, un nombre de personnes en magasin, a déclaré Stéphane Lacasse, directeur des affaires publiques et gouvernementales de l’ADAQ.

L’Association des détaillants en alimentation du Québec demande aux gens d’être compréhensifs et de limiter au minimum les sorties au marché. Elle les invite à faire leur épicerie, idéalement une fois toutes les deux semaines, sinon au maximum une fois par semaine.

De plus, on recommande aux personnes de 70 ans et plus de rester à la maison et de ne pas sortir.

Stéphane Lacasse veut rassurer les consommateurs et leur dire de ne pas s’inquiéter au sujet de l’arrivée de produits.

La chaîne d'approvisionnement s'est régularisée. On a des produits pour tout le monde. Il n’y a pas d'enjeu à ce niveau. On s'assure que toutes les étagères soient pleines, déclare-t-il.

Une directive contestée

Il appert que la directive de Québec ne fait pas l’unanimité au sein du personnel travaillant dans les marchés d’alimentation.

En fermant le dimanche, c’est sûr que cela nous donne plus d’ouvrage le samedi, et plus le lundi aussi, c’est certain, affirme une employée rencontrée par Radio-Canada.

Je trouve la réforme un peu bizarre. Je pense que c’était une bonne intention, mais peut-être mal faite, pas en concertation avec les gens qui travaillent là-dedans, estime un autre employé.

Les personnes qui n’auraient pas prévu le coup et qui ont désespérément besoin de produits alimentaires peuvent se rabattre sur certains commerces.

Les dépanneurs, les pharmacies, les stations-service et les restaurants qui livrent à domicile restent ouverts.

Avec les informations de Jacaudrey Charbonneau et de Marie-Michelle Lauzon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !