•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une hausse de loyers impayés inquiète les propriétaires-bailleurs

Une affiche indique en anglais qu'une propriété est à louer.

Environ le quart des loyers du mois d'avril n'ont toujours pas été payés.

Photo : Radio-Canada / Bryan Eneas

Radio-Canada

L’Association des locateurs de la Saskatchewan qui défend les intérêts des propriétaires-bailleurs constate une hausse de loyers impayés pour le mois d’avril.

Après avoir contacté 200 de ses membres qui gèrent 8000 logements, elle a remarqué que 27 % des locataires n’ont toujours pas effectué de paiement.

« Lorsqu’on n’a pas le loyer à la date convenue [...] nous ne pouvons régler nos factures, que ce soit les assurances, les hypothèques, les taxes foncières ou effectuer des réparations ».

En temps normal, le taux de loyers impayés est de 3 % environ, dit l’Association.

Pertes d'emplois

Le directeur général de l’organisme, Cameron Choquette, estime que cette situation est en partie provoquée par la décision du gouvernement à la fin du mois de mars de suspendre les expulsions de locataires.

Le ministre de la Justice, Don Morgan, avait expliqué que la mesure cherchait à apporter une aide au public, notamment au nombre grandissant de Saskatchewanais qui perdent leur emploi en raison du coronavirus. Cependant, d’après M. Choquette, certains locataires risquent de profiter de la situation et de refuser de payer leur loyer alors qu’ils ont les moyens de le faire.

On s’attend à ce que le client paye ses achats à la sortie d’une épicerie. Ce même raisonnement devrait s’appliquer aux logements locatifs. 

Cameron Choquette, Association des locateurs de la Saskatchewan

En revanche, l’association Regina Anti-Poverty Ministry qui défend les intérêts des plus démunis rappelle que de nombreuses personnes vivent avec une petite aide sociale. Une personne reçoit 575 $ par mois dans une grande ville et 525 $ dans le reste de la province.

Entre temps, l’association précise que ses membres tentent de trouver un accord avec leurs locataires. Elle souhaite aussi un appui financier de la province.

Avec les informations de David Shield

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !