•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Admissions suspendues au centre Corps Âme et Esprit en raison de la COVID-19

Le centre Corps Âme et Esprit de Sherbrooke est forcé de refuser des gens en raison de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le centre Corps Âme et Esprit de Sherbrooke a dû suspendre les admissions à ses thérapies en raison de la pandémie de COVID-19. Cette situation met grandement à risque les finances du centre.

L'organisme qui propose des traitements pour lutter contre les dépendances affirme ne pas être en mesure d'offrir une zone d'isolation pour permettre aux nouveaux patients de demeurer à l'écart des autres pendant 14 jours.

On est ici depuis 29 ans et on veut continuer d'être là malgré la crise, mais on veut s'assurer que tout le monde est en sécurité.

Marie-Andrée Pelletier, directrice générale du centre Corps Âme et Esprit

Des démarches seraient toutefois en cours avec le CIUSSS de l'Estrie-CHUS afin de trouver une façon de relancer les admissions.

Marie-Andrée Pelletier évoque la possibilité que la quinzaine de personnes sur la liste d'attente de l'organisme soient hébergées dans une autre ressource pendant 14 jours afin de s'assurer qu'elles ne présentent pas de symptôme de la COVID-19 avant de les intégrer à la thérapie.

On veut continuer à soutenir, mais on a aussi besoin de soutien pour assurer la qualité sanitaire des admissions, demande-t-elle.

Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS indique néanmoins que cette solution ne semble pas envisageable en ce moment.Pour l'instant, il n'existe pas d'endroit où de futurs usagers peuvent se placer en isolement avant d'entrer dans une ressource d'hébergement de ce genre ni de tout autre type, souligne la chef de service relations publiques du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Marie-France Thibeault par courriel.

Elle confirme également que dans les circonstances, les nouveaux usagers ont l'obligation de se mettre en isolement dans leur chambre durant 14 jours, comme c'est le cas dans les CHSLD ou les centres de réadaptation.

Enjeu financier

Comme le financement de cet organisme est basé sur les admissions, cette crise pourrait s'avérer fatale pour le centre.

On avait déjà des problèmes financiers et c'est certain qu'une crise comme ça nous rapproche de notre point de rupture.

Marie-Andrée Pelletier, directrice générale du centre Corps Âme et Esprit

Les clients de l'organisme doivent normalement débourser de 2600 $ à 4500 $ pour suivre une thérapie de 28 à 49 jours. Des démarches de 90 jours sont aussi proposées pour les personnes qui bénéficient d'une subvention du ministère de la Santé.

Selon Marie-Andrée Pelletier, les coûts de fonctionnement de l'organisme sont assurés de justesse par les frais d'admission.

Anxiété et dépendance

À l'intérieur du centre, l'anxiété générée par la pandémie est palpable. L'organisme a dû mettre fin aux sorties et fait toutes les courses nécessaires pour répondre aux besoins des résidents.

Il s'agit d'une situation difficile pour cette clientèle vulnérable, affirme la directrice générale.

Selon elle, cette situation bien particulière amène son lot d'anxiété pour l'ensemble de la clientèle, dont ceux qui s'apprêtent à quitter l'organisme à la fin de leur démarche.

Marie-Andrée Pelletier explique qu'elle doit évaluer la possibilité de garder certains clients qui n'ont pas d'endroit sécuritaire pour aller habiter dans les circonstances actuelles.

C'est un traumatisme collectif et la consommation d'alcool et de drogue est une stratégie d'adaptation dysfonctionnelle.

Marie-Andrée Pelletier, directrice générale du centre Corps Âme et Esprit

La clinicienne met aussi en garde les personnes confinées à la maison qui pourraient être à risque de développer un problème de dépendance pendant cette période anxiogène. Les gens sont en train de développer de nouvelles habitudes et souvent, ça inclut de l'alcool et il faudra être très vigilant à la fin de cette crise, rappelle-t-elle.

Selon elle, les ressources comme le centre Corps Âme et Esprit risquent d'être essentiels pendant et après cette crise.

D'ici là, l'organisme mise notamment sur des rencontres virtuelles pour aider à briser l'isolement des personnes vulnérables qui pourraient être tentées de retomber dans des habitudes néfastes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Drogues et stupéfiants