•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump revient à la charge : « nous avons besoin de ces masques »

Le président américain Donald Trump en gros plan.

Le président Donald Trump prendra toutes les mesures nécessaires pour approvisionner les Américains en masques.

Photo : Associated Press / Patrick Semansky

Le président des États-Unis Donald Trump a réitéré son intention de tout faire pour fournir en masques les Américains, lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche samedi.

Nous avons besoin de ces masques. Nous ne voulons pas que d’autres personnes les obtiennent.

Donald Trump, président des États-Unis

Vendredi, Donald Trump a imposé le « Defense Production Act » au fabricant 3M pour l’empêcher d'exporter ses masques au Canada ou dans d'autres pays pour les réserver aux États-Unis.

Samedi matin, le premier ministre Justin Trudeau a affirmé que son gouvernement ne songe pas pour le moment à empêcher les exportations de biens et de services vers les États-Unis en manière de rétorsion. Il a ajouté que des discussions sont en cours pour régler le problème et qu’il mise plutôt sur la coopération entre les deux pays.

M. Trump a indiqué que l'Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) a ordonné la production de 180 millions de masques de type N95, incluant le fabricant 3M.

Ceci est un effort de guerre, a-t-il soutenu, poursuivant en disant que le pays n’avait « rien vu de tel depuis 1917 ».

Le président a également annoncé que le pays détient actuellement une réserve de 10 000 respirateurs et qu’il en aura besoin davantage. Il a précisé que les États de New York et du New Jersey seront bientôt approvisionnés.

Il a souligné que du matériel médical est réaffecté aux États-Unis. Par exemple, l’État de Washington a libéré 300 lits qui seront transférés ailleurs et l’Oregon va envoyer 140 respirateurs à New York.

Cependant, le président a vivement critiqué les autorités sanitaires de certains États qui surestiment les besoins en matériel médical, alors qu’elles ne prévoient pas une vaste éclosion du virus. Il a dit que son administration entendait prioriser les demandes.

Des militaires en renfort

De plus, il a mentionné que 1000 militaires spécialisés en médecine seront déployés dans l’État de New York pour aider les équipes locales.

Un homme en uniforme marche près de paravents blancs.

Un soldat du corps médical de l'armée américaine inspecte des lits dans le centre des congrès Jacob K. Javits transformé en centre médical en raison de la pandémie.

Photo : Reuters / Andrew Kelly

Donald Trump, qui minimisait la gravité de la pandémie jusqu'à récemment, a déclaré qu'il voulait tout faire pour sauver des vies et avoir le moins de morts possible : On va remuer le ciel et la terre pour protéger notre population.

Il va y avoir beaucoup de morts. Les deux prochaines semaines vont être les pires.

Donald Trump, président des États-Unis

Il a néanmoins admis que le coronavirus s’était répandu dans des régions du pays qu’il n’aurait jamais soupçonnées.

Donald Trump, qui refuse de décréter un ordre de confinement national, s’est fait questionner sur le fait que huit gouverneurs républicains n’ont pas encore obligé leurs concitoyens à adopter des mesures de distanciation sociale et à rester chez eux.

Il a répondu qu’il respectait le vœu des États tel que prescrit par la Constitution et que, selon lui, les gouverneurs en question font un « travail extraordinaire » et qu’ils ont la situation sous contrôle, citant entre autres la Caroline du Nord.

Le Dr Anthony Fauci, conseiller du président Trump et membre de la cellule de crise de la Maison-Blanche, plaide pour sa part pour la mise en place de plus de mesures de distanciation sociale pour freiner la propagation du virus. Il dit se préparer en vue d’une deuxième vague de la COVID-19.

Selon lui, il ne fait plus guère de doute que le nouveau coronavirus est transmis par voie aérienne quand « les gens ne font que parler, plutôt que seulement lorsqu'ils éternuent ou toussent ».

Le président a déclaré vendredi que les autorités sanitaires conseillent désormais aux Américains de se couvrir le visage hors de chez eux, pour aider à freiner la propagation du coronavirus.

Cette décision des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), l'autorité de santé nationale aux États-Unis, est « seulement une recommandation, et non une obligation », a-t-il dit.Le président américain n'a pour sa part pas l'intention de suivre cette consigne.

Les experts scientifiques de la Maison-Blanche s'attendent à ce que la maladie tue entre 100 000 et 240 000 Américains même si les ordres de confinement sont respectés.

La propagation s'accélère

Les États-Unis ont franchi samedi la barre des 300 000 cas recensés de coronavirus, selon le plus récent bilan de l’Université Johns Hopkins.

Le cap des 200 000 cas recensés dans le pays avait été franchi mercredi, une accélération rendue visible par la plus grande disponibilité des tests de dépistage aux États-Unis.

La pandémie a fait au moins 8162 morts dans le pays.

Le New York Times rapporte que 3565 personnes sont décédées de la COVID-19 dans l'État de New York, qui demeure l'épicentre du nouveau coronavirus sur le territoire américain. La ville de New York a enregistré 1905 décès à elle seule.

Les experts ne s'attendent pas à ce que le pic de l'épidémie soit atteint avant au moins une semaine. Le premier cas a été détecté il y a seulement 30 jours. On a l'impression que c'est une vie entière, a dit le gouverneur Andrew Cuomo.

De son côté, la Louisiane a fait état d'une forte hausse du nombre de décès liés au COVID-19 samedi avec 409 morts.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International