•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Charlevoisiens soulagés de voir leur région fermée aux visiteurs

Un agent de la SQ intercepte un véhicule.

Le gouvernement a fermé la région de Charlevoix pour y freiner la propagation de la COVID-19. Seuls les déplacements essentiels permettent de sortir et d'entrer dans la région.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Des citoyens et des élus locaux applaudissent la décision d’imposer des contrôles policiers pour fermer la région de Charlevoix samedi, dans un effort supplémentaire pour limiter la propagation de la COVID-19.

Un point de contrôle policier sera mis en place entre Québec et l’entrée de Charlevoix. Les gens ne pourront pas y circuler sans raison valable.

Le nombre de cas de la COVID-19 étant encore limité sur le territoire, plusieurs craignaient des infections de l’extérieur.

On est une région touristique. Il y aurait eu beaucoup de déplacements si on n’était pas une zone confinée, croit le directeur de la sécurité publique de Baie-Saint-Paul, Alain Gravel. 

Des policiers de la Sûreté du Québec contrôlent la circulation.

Le barrage policier contrôle les allées et venues à St-Tite-des-Caps, sur le route 138.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Un citoyen de Charlevoix, William Harvey, avait lancé un mouvement sur les médias sociaux pour ajouter la région dans la liste des endroits où les déplacements sont limités. Plus de 6000 personnes ont adhéré au groupe sur Facebook.

C’est un très grand soupir de soulagement. Ça créait beaucoup d’anxiété auprès de la population, dit-il.

Charlevoix est différente du reste de la Capitale-Nationale. La population est plus vieillissante, on a une prévalence de maladie chronique plus importante, souligne la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré Émilie Foster, qui a joué un rôle important dans cette décision. 

Contrairement à Québec, Charlevoix peut difficilement répondre à un afflux massif de malades en raison de la COVID-19, ajoute la préfète de la MRC de Charlevoix, Claudette Simard.

Nos deux petits hôpitaux auraient eu de la difficulté à répondre aux besoins en soins intensifs.

Encore des touristes

Le maire de La Malbaie Michel Couturier applaudit la décision. Tous les maires de la région réclamaient une telle mesure, selon lui.

C’est quelque chose qu’on attendait, c’est quelque chose qu’il fallait.

Michel Couturier, maire de La Malbaie

Une surveillance malsaine était en train de s’installer chez les résidents de Charlevoix, peu contents de constater des gens de l’extérieur louer des chalets, malgré les nombreux appels à rester à la maison, explique le maire.

Avec ces contrôles routiers, il y aura des vérifications pour les gens qui vont rentrer dans Charlevoix. Ça me sécurise beaucoup.

Des touristes et des annonceurs sur des plateformes comme Airbnb faisaient fi de la fermeture d’hébergement touristique décrétée par Québec, déplore la préfète de la MRC de Charlevoix, Claudette Simard.

Elle espère maintenant que la fermeture de la région permettra de limiter la transmission de la COVID-19 dans sa région, tout comme le respect des règles de distanction sociale.

Avec les informations de Marie-Pier Mercier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !