•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des millions de masques chinois arriveront au Canada dans les 48 heures

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Plan moyen de Justin Trudeau derrière un micro, répondant à des questions.

Le premier ministre Justin Trudeau

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Des millions de masques provenant de Chine, dont ceux qui sont destinés au Québec par le gouvernement fédéral, devraient arriver au Canada « dans les prochaines 48 heures », assure le premier ministre Justin Trudeau.

Lors de son point de presse quotidien sur la pandémie de coronavirus samedi, il a précisé que les émissaires canadiens s’assurent actuellement que la chaîne d’approvisionnement continue à fonctionner en Chine et que le Canada y a loué un entrepôt pour stocker le matériel sur lequel il a réussi à mettre la main.

Au sujet des masques N95 et de l'intention du président américain de cesser d'en envoyer au Canada pour garder l’entière production aux États-Unis, le premier ministre Trudeau affirme que des discussions sont en cours pour régler le problème et il soutient que son gouvernement ne songe pas pour le moment à empêcher les exportations de biens et de services vers les États-Unis en représailles.

Il insiste plutôt sur l'importance de la coopération entre les deux pays, dans le contexte où le Canada compte maintenant plus de 14 000 cas confirmés de la maladie et 249 décès.

Invoquant le Defense Production Act, généralement employé en temps de guerre, les États-Unis ont fait planer à la fin de la semaine l’idée de réquisitionner l'ensemble de la production américaine de masques N95 du fabricant 3M, ce qui toucherait directement le Canada, qui attend d’importantes commandes.

M. Trudeau a aussi indiqué qu'il avait l'intention de parler à Donald Trump « dans un bref délai », et dit ne pas douter que la conversation sera très productive.

Le premier ministre affirme que déjà à tous les niveaux, le Canada a souligné aux États-Unis que l’échange de biens et de services entre les deux pays va dans les deux sens. Selon lui, la réaction de la part des Américains a été bonne.

Certains de nos professionnels de la santé traversent la frontière pour aller travailler aux États-Unis, nous y envoyons des gants et des tests de dépistage. Nos économies sont tellement connectées que ça ferait du mal à nos deux pays de bloquer les chaînes d’approvisionnement, dit-il.

Nous savons qu’il est dans notre intérêt de continuer à collaborer.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Le Canada s'active en coulisses

Des sources haut placées ont déclaré à CBC que des politiciens canadiens – de différents niveaux et d’allégeances diverses – ont relancé leurs contacts aux États-Unis ou comptent le faire afin de défendre la position du Canada concernant la libre circulation des biens essentiels entre les deux pays.

La chef de cabinet de Justin Trudeau, Katie Telford, serait au centre de la mobilisation canadienne, selon ces sources. Elle connaît bien le gendre et conseiller spécial de Donald Trump, Jared Kushner, au point où ils échangent souvent des messages textes. Ils ont travaillé de près lors des négociations du nouvel accord de libre-échange.

Jared Kushner a joué un rôle clé pour finaliser ces négociations, tant avec le Mexique qu’avec le Canada, et il jouirait d’une influence inégalée sur Donald Trump au sein de l’administration américaine.

Jared Kushner regarde Donald Trump pendant une conférence de presse.

Le conseiller et gendre de Donald Trump, Jared Kushner

Photo : Reuters / Tom Brenner

La nomination de Jared Kushner au sein du groupe de travail de la Maison-Blanche sur le coronavirus est loin d’avoir fait l’unanimité aux États-Unis. L'administration Trump lui a attribué de grandes responsabilités au sein de groupe de travail alors qu'il n'a pas d'expérience en politique de santé publique ou en opérations militaires. Il participe à la mobilisation des ressources.

Les Canadiens considèrent que leur contact avec Jared Kushner pourrait jouer en faveur d’Ottawa, selon une source.

Parmi les autres proches du président américain qui sont susceptibles d’être favorables au Canada, on trouve le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin, le représentant américain au commerce Robert Lighthizer et le directeur de cabinet de Donald Trump, Mark Meadows, selon la même source.

Mark Meadows est nouvellement arrivé comme directeur de cabinet, mais lors de son précédent passage au Congrès, il était reconnu pour être proche du président. L’ancien ambassadeur canadien à Washington, David MacNaughton, qui connaissait sa relation avec Donald Trump, a souvent discuté avec lui des priorités canadiennes pendant les négociations pour le nouvel accord de libre-échange.

Une deuxième source soutient que la nouvelle ambassadrice du Canada aux États-Unis, Kirsten Hillman, est une importante personne-ressource avec l’administration Trump, tout comme la vice-première ministre Chystia Freeland.

Pour ce qui est des prévisions fédérales concernant l’évolution de la pandémie, elles devraient être rendues publiques dans quelques jours , a noté le premier ministre. Ottawa en est encore à rassembler et à analyser les données récoltées par les provinces.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !