•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Centre hospitalier de Lanaudière protège mal ses employés, disent des médecins

Un pavillon de l'hôpital

Le Centre hospitalier de Lanaudière a mal protégé le personnel soignant de la COVID-19, se plaignent 14 médecins.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Quatorze médecins en colère ont écrit à la direction du centre hospitalier de Lanaudière pour se plaindre de la mauvaise façon dont elle a géré son premier cas de COVID-19 survenu par transmission communautaire. Ce cas a conduit au confinement de plusieurs employés et à la contamination d'un médecin.

La dame âgée, qui arrivait de la Résidence Eva, à Lavaltrie, avait été hospitalisée avec d'autres patients dans une chambre du sixième étage le 15 mars dernier.  

Bien que le personnel soignant soupçonnait un cas de COVID-19 et a réclamé rapidement des mesures de protection supplémentaires, la direction a refusé.

Ils minimisent la situation. Il y en a un qui a dit : ‘’ vous vous inquiétez pour rien, c'est sûrement de l'influenza’’. L'autre a dit : ‘’ enlevez vos masques, vous faites peur aux patients’’, explique le président du Syndicat interprofessionnel de la santé de Lanaudière Sud de la Fédération des infirmières du Québec, Stéphane Cormier.

Le lendemain, la dame était aux soins intensifs. Le personnel a réclamé encore une fois d'être mieux protégé, mais il a essuyé un nouveau refus. Cinq jours plus tard, le diagnostic de la patiente était confirmé : elle était infectée par le coronavirus.

Le résultat de ce manque de précaution est que le médecin traitant de la dame a lui aussi été contaminé et que huit autres travailleurs se sont retrouvés en confinement.

Une plainte a donc été adressée au centre hospitalier par 14 médecins, qui reprochent à la direction son manque de jugement.

[...] à l'encontre de toute logique et de toutes notions de prudence, non seulement ils déconseillent le port du masque, mais ils le proscrivent [...] Pendant plus de cinq jours, les membres du personnel soignant de plusieurs départements auraient été en contact avec cette patiente sans véritable protection, pour ensuite circuler dans l'hôpital, dans la société et dans leur propre foyer.

Une citation de :Plainte adressée au Centre hospitalier de Lanaudière

De son côté, la direction de l’hôpital se défend d’avoir pris les choses à la légère, assure que sa décision ne visait pas à économiser de l’équipement et rappelle que la façon de réagir à la maladie a évolué au fil des semaines.

Quelque chose qui était vrai les 12, 13, 14 mars n'est plus du tout vrai aujourd'hui. Quelqu'un, un usager, qui arrivait avec un certain portrait clinique ou un certain groupe de symptômes ou signes était dépisté différemment au 12, 13 mars qu'aujourd'hui, répond le directeur général adjoint du CISSS de Lanaudière, Philippe Éthier.

On n’est pas dans l'économie d'équipement de protection individuelle dans cette situation-là, du tout. On n’a pas de normes d'économies, on utilise les équipements de protection de façon judicieuse.

Une citation de :Le directeur général adjoint du CISSS de Lanaudière, Philippe Éthier

Le syndicat croit pour sa part que la direction du centre hospitalier ne prend toujours pas les précautions qui s’imposent.

On a appris ce matin qu'il y a une patiente qui est là depuis deux mois, qui est alitée et qui serait atteinte de la COVID-19. Elle n’a pas voyagé. Donc, c'est le personnel qui l'a amenée dans sa chambre, indique Stéphane Cormier.

Il y a une façon de faire et la façon de faire présentement elle n’est pas adéquate.

Une citation de :Le président du Syndicat interprofessionnel de la santé de Lanaudière Sud de la Fédération des infirmières du Québec, Stéphane Cormier.

Actuellement, une vingtaine d'employés du centre hospitalier de Lanaudière sont en confinement.

D'après un reportage de Normand Grondin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !