•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une résidente du Manoir Liverpool meurt le jour de son 97e anniversaire

Une grand-maman entourée de ses petits-enfants.

Colette Langis (au milieu) entourée de ses petits-enfants.

Photo : Courtoisie

Le Manoir Liverpool compte une première victime depuis le début de la crise qui secoue la résidence pour aînés de Lévis. Colette Langis est décédée vendredi, le jour même où elle devait célébrer son 97e anniversaire.

Quelques heures avant sa mort, l'aînée a été déclarée positive à la COVID-19, confirme sa petite-fille Françoise Boissinot.

Rien n'indique toutefois que le virus est la cause du décès, ajoute-t-elle. L’avenir le dira. C’est que Colette Langis avait un début d'infarctus à son arrivée à l'hôpital.

Une mort évitable?

Mme Boissinot est cependant convaincue que le coronavirus est une conséquence directe de la mort de sa grand-mère.

« Ce n’est pas une personne qui avait normalement des problèmes pulmonaires ou de toux. Elle n’attrapait jamais le rhume. Elle avait du diabète de vieillesse, des troubles cardiaques et de l’hypertension, mais rien de pulmonaire », confie Françoise Boissinot.

Mme Boissinot ajoute que sa grand-mère a eu des symptômes de la COVID-19 quelques jours avant d'être transportée à l'hôpital parce qu'elle souffrait entre autres de déshydratation. Elle n'en sera jamais ressortie vivante.

Maintenant en deuil, la famille de Colette Langis se pose plusieurs questions, notamment si elle a obtenu les soins requis au cours de la dernière semaine et si on l'a adéquatement protégée de la COVID-19.

Avec la collaboration de Marie-Pier Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Coronavirus