•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, les produits Olymel ne sont pas contaminés par le coronavirus

Il n’existe aucune preuve que le coronavirus se propage sur la nourriture.

Une usine d'Olymel

Il n’existe aucune preuve que la COVID-19 se propage sur la nourriture.

Photo : Radio-Canada

Un message vocal qui exhorte les gens à jeter tous leurs produits Olymel parce qu’ils pourraient être infectés par le coronavirus circulait abondamment sur Messenger, vendredi. C’est faux. Non seulement la compagnie a démenti l’information, mais il n’existe aucune preuve que le virus se propage sur la nourriture.

Mon frère travaille à Olymel Trois-Rivières et il m’a dit que les shops de Saint-Esprit et de Saint-Hyacinthe ont été fermées parce qu’il y avait 59 cas de COVID-19, dit la femme qui ne s’identifie pas dans le message vocal.

Mon inquiétude, c’est que la viande est déjà sur nos tablettes dans les supermarchés ça fait plus de 3 semaines et ces personnes-là sont infectées. En plus de ça, quand les shops ont été fermées, ils ont réengagé 50 personnes pour vider les restes des carcasses et ces personnes-là sont tombées comme des mouches aussi. Donc si jamais t’as du Olymel dans ton congélateur ou ton frigidaire, jette-moi [...] ça aux poubelles et n’achetez pas d’Olymel pour les prochaines semaines poursuit-elle.

Pourtant, l’Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) soutient que la COVID-19 ne se propage pas sur la nourriture.

Les scientifiques et les autorités en matière de salubrité des aliments partout dans le monde surveillent de près la propagation de la COVID-19. Il n'existe actuellement aucune preuve suggérant que l'alimentation est une source ou une voie probable de transmission du virus, a déclaré l’ACIA par courriel.

L’agence précise toutefois que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a émis des recommandations d’hygiène préventives en ce qui concerne le traitement et la préparation d'aliments, notamment en lavant leurs mains, en assurant la bonne cuisson de la viande et en évitant la contamination croisée possible entre les aliments.

Une porte-parole de l'ACIA indique en entrevue téléphonique que l'agence émet des avis de rappel quand des produits devraient être jetés.

Olymel sidéré

Le porte-parole d’Olymel, Richard Vigneault, a lui aussi entendu le message vocal, vendredi. Il se dit scandalisé par les propos véhiculés et assure qu’ils sont faux.

On n’est pas en mesure d’identifier la personne, mais tout ce qu’elle dit est absolument faux, soutient-il.

Si la COVID-19 se transmettait dans l’alimentation, elle se transmettrait dans tous les produits. Si c’était vrai pour nous, ce serait vrai pour tout le monde, fait-il valoir.

Les usines d’Olymel à Saint-Esprit et à Saint-Hyacinthe sont d’ailleurs encore ouvertes. La première a par contre réduit cette semaine ses abattages de 50 % (Nouvelle fenêtre), notamment parce qu’elle ne peut plus faire venir de main-d’œuvre de Montréal en raison de la COVID-19.

Seule l’usine de Yamachiche est fermée pour deux semaines en date du 29 mars en raison des nombreux cas de COVID-19 parmi son personnel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fausses nouvelles

Société