•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Équipement de protection : les hôpitaux du Québec ont des réserves pour 8 jours

Une jeune infirmière aide un chirurgien à enfiler un gant en caoutchouc.

Le premier ministre Legault affirme que le milieu de la santé québécois a des réserves de gants, de masques et de blouses pour huit jours.

Photo : iStock

Le Québec possède toujours un nombre très limité de gants, de masques et de blouses pour faire face à la pandémie de COVID-19, mais il a maintenant des réserves pour huit jours.

C’est ce qu’a indiqué François Legault lors de son point de presse quotidien vendredi, en soulignant que tous les efforts sont faits pour essayer d’en obtenir une plus grande quantité.

Mardi, le premier ministre avait plutôt évoqué une pénurie de certains équipements de protection individuelle d'ici 3 à 7 jours.

Des équipements médicaux plus nombreux pourraient provenir du gouvernement fédéral. En effet, lors de la conférence téléphonique qui s’est tenue jeudi soir entre les premiers ministres provinciaux et le premier ministre Trudeau, plusieurs ont dit souhaiter modifier la répartition des commandes, a noté François Legault.

Cette répartition s’est faite jusqu’à présent selon le pourcentage de la population de chaque province. Mais comme le nombre de cas de COVID-19 est beaucoup plus élevé dans les grandes villes, comme Toronto et Montréal, que dans les régions éloignées, certains demandent que les provinces qui ont les villes populeuses les plus touchées reçoivent plus d’équipements médicaux.

Je pense que ce serait normal que, pour les grandes villes, il y ait plus d’équipements médicaux qui soient transférés par le fédéral.

François Legault, premier ministre du Québec

François Legault a aussi ajouté un nouvel élément à la liste des équipements médicaux en voie de disparition : le fameux réactif pour analyser les tests afin de voir si les gens sont positifs ou négatifs.

Une formule de fabrication de ce réactif serait actuellement testée au Laboratoire national de microbiologie, à Winnipeg, pour être autorisée au pays, a-t-il souligné.

Une fois qu’elle va fonctionner, on va être capable de faire le mélange nous-mêmes, a-t-il précisé.

Pour une meilleure gestion des médicaments

Et à ceux qui craignent une pénurie de médicaments dans les hôpitaux, la ministre de la Santé, Danielle McCann, assure qu'ils n’ont pas à s’en faire pour le moment, puisque les réserves québécoises ne sont pas encore à sec.

Elle admet cependant qu’une gestion très très rigoureuse de certains médicaments devra être faite dans les prochaines semaines, notamment en ce qui a trait aux sédatifs.

Des démarches sont aussi entreprises auprès des fournisseurs pour s’assurer de continuer à recevoir les médicaments nécessaires aux soins hospitaliers.

On a actuellement ce qu’il faut pour traiter nos patients, c’est clair.

Danielle McCann, ministre de la Santé du Québec

Être autosuffisants

Selon le premier ministre Legault, s’il y a une leçon à tirer de cette crise, c’est bien la nécessité d'être autosuffisants dans le domaine des biens essentiels, en ce qui concerne l’équipement médical, bien sûr, mais aussi les produits alimentaires.

Il va falloir réfléchir, dit-il, et s’assurer que s’il arrivait une autre crise, on serait capable d’être autonome […] de l’agriculteur jusqu’à la transformation.

M. Legault pense notamment au coût de l’électricité très bas qui pourrait permettre aux Québécois de produire des fruits et légumes de serre en plus grande quantité l’hiver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique