•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du clavier à nos coeurs : six femmes qui utilisent Internet pour favoriser l’entraide

Un cœur rouge posé sur un clavier d'ordinateur.

En période d'isolement, Internet est le lieu de beaucoup d'initiatives d'entraide entre citoyens.

Photo : iStock

À l’époque où de nombreuses personnes sont isolées à la maison, beaucoup redoublent de créativité pour soutenir ou apporter des sourires à leurs proches, leurs voisins ou même des inconnus. Rencontre avec six femmes qui ont mis la main à la pâte virtuellement en ces temps de pandémie.

Sur les réseaux sociaux, on voit émerger plusieurs groupes d’entraide dans plusieurs communautés de l’Alberta.

Avec leurs milliers de membres, il faut toutefois parfois des chefs d’orchestre qui, à l’aide de leur clavier, tentent de coordonner les efforts de bénévoles ou tout simplement veulent partager les initiatives positives de leur communauté.

Six femmes, parmi ces bénévoles, ont accepté de raconter ce qui les porte à s'investir dans diverses communautés virtuelles.

Le don de soi

Citation de Renée Vaugeois : C'est un vrai travail, mais un vrai travail d'amour.

Renée Vaugeois a commencé à organiser des partenariats entre les citoyens du groupe Facebook qu'elle a fondé et des organismes communautaires pouvant aider à répondre à leurs besoins.

Photo : Courtoisie: Renée Vaugeois

C’est à travers son travail pour le Centre John Humphrey pour la paix et les droits de la personne que Renée Vaugeois a constaté le besoin criant qui s’annonçait pour de nombreuses personnes à Edmonton.

Dans les premiers moments des mesures de distanciation sociale en Alberta, elle a décidé d’appeler ses contacts du milieu communautaire pour mettre en place le groupe Facebook YEG Community Response to COVID19, où des personnes dans le besoin pourraient être mises en contact avec des bénévoles prêts à aider ou avec des organismes communautaires.

Par exemple, l’autre jour, il y avait un homme sans-abri qui essayait de s’isoler dans sa voiture depuis 10 jours qui n’avait plus de nourriture. Nous avons pu entrer en contact avec lui pour nous assurer qu’il soit pris en charge dans un endroit sûr, raconte-t-elle.

« Nous essayons de pallier les services qui existent dans la communauté. »

Ce qu’elle pensait être un petit groupe d’une centaine de personnes a rapidement rassemblé des milliers de personnes et, avec son équipe, elle y contribuait jusqu’à 14 h par jour.

Notre plus grand défi avec l’augmentation en masse des membres a été notre capacité de gérer toutes les perspectives et idées politiques pour créer un espace sécuritaire pour tout le monde, explique-t-elle. Gérer des commentaires pendant des heures, ça peut être assez éprouvant mentalement.

  • Groupe : YEG Community Response to COVID19
  • Fondé le 13 mars 2020
  • Nombre de membres : 18 307

D’une inspiration à l’autre

Le groupe d’Edmonton a inspiré plusieurs autres personnes à créer des groupes plus locaux, comme c’est le cas dans le Comté de Strathcona et à Beaumont, la ville voisine.

Citation de Lisa De Sousa : Nous voulions que la communauté se rassemble de manière positive.

Lisa De Sousa (à droite) a créé le groupe avec Tanya Saumure (à gauche) dans l'esprit communautaire qu'elles constatent à Strathcona.

Photo : Courtoisie : Lisa De Sousa

Devant la grandeur de la capitale albertaine, Lisa De Sousa et Tanya Saumure ont cru bon de créer un groupe qui pourraient rassembler les personnes de leur quartier, ce qui rendrait plus accessibles les idées d’entraide. Malgré le nombre petit d’abonné, cela a tout de même nécessité beaucoup de travail.

Nous voulons nous assurer que les informations sont exactes, car de nombreuses fausses informations circulent sur les réseaux sociaux. Et donc, surtout au début, nous faisions toujours beaucoup de recherches pour nous assurer de la véracité des informations que d’autres publiaient, explique Lisa De Sousa.

Malgré tout, les deux jeunes femmes estiment que le temps consacré en vaut la peine, surtout lorsqu’elles voient des histoires d’entraide comme des gens qui s’empressent d’aller livrer de l’épicerie à des voisins plus âgés.

  • Groupe : Strathcona County COVID-19 Support
  • Fondé le 14 mars 2020
  • Nombre de membres : 3609
Citation de Jessica Laccetti : C'est une façon de se rassembler en ligne.

Même si elle travaille à la Ville de Beaumont, c'est à titre de citoyenne que Jessica Laccetti s'implique sur le réseau Facebook.

Photo : Courtoisie : Jessica Laccetti

De son côté, Jessica Laccetti n’a vraiment pas ressenti cette même pression. Selon elle, la communauté de Beaumont s’est tout de suite engagée positivement dans la démarche.

Étant donné que le groupe est basé sur la communication et l’entraide, nous avons été assez chanceux jusqu’à présent. Tout le monde s’en tient aux sujets qui consistent à offrir de l’aide à ceux qui en ont besoin, pour se remonter le moral ou d’aider les jeunes de retour à la maison. Par exemple, on a organisé des parades pour des anniversaires.

  • Groupe : Beaumont, Alberta Community Response to COVID-19
  • Fondé le 29 mars 2020
  • Nombre de membres : 2727

Se divertir dans la bonne humeur

Citation d'Isabelle Duclos : C'est ma façon d'aider ma communauté.

Le groupe Les belles de l'Ouest a pour but, depuis sa fondation, de mettre en contact les femmes dans le but de s'entraider.

Photo : Courtoisie : Isabelle Duclos

Aider sa communauté, c’est aussi de s’aider à garder le moral, croit Isabelle Duclos, la créatrice du groupe Facebook Les belles de l’Ouest. Depuis le début de l’isolement, elle a redoublé d’efforts pour partager des idées d’activités à faire à la maison, notamment avec les enfants.

C’est une façon de se garder occupées et positives dans cette situation sans précédent que nous devons vivre, explique la résidente d’Okotoks.

Il s’agit pour elle simplement d’une nouvelle façon de se soutenir entre femmes dans l’Ouest canadien, comme elle veut le faire depuis le début du groupe il y plus de six ans.

  • Groupe : Les belles de l’Ouest
  • Fondé le 3 septembre 2013
  • Nombre de membres : 1850

Rencontrer l’autre à coeur ouvert

Citation de Christy Vriend Heigh : Loin des gens qu'on aime, le coeur aime plus encore.

Malgré les hauts et les bas, Christy Vriend Heigh est vraiment reconnaissante de l'engagement des gens dans cette communauté en ligne.

Photo : Courtoisie : Christy Vriend Heigh

Garder l’esprit positif est aussi essentiel si l'on considère la prolifération de messages plus négatifs sur les réseaux, croit Christy Vriend Heigh.

Elle avoue se trouver un peu naïve d'avoir pensé qu'il n'y aurait que du positif sur ces réseaux. Elle croit pourtant que les personnes plus anxieuses ou négatives sont justement celles qui ont besoin plus que quiconque d’un peu d’amour et d’attention.

  • Groupe : Lethbridge CoVid-19 Support System
  • Fondé le 15 mars 2020
  • Nombre de membres : 4414

Des infos en français

Citation de Sylvie-Anne Roy : On a besoin de connecter avec gens positifs [...] et de voir qu'on peut aider.

Sylvie-Anne Roy croit que beaucoup de personnes s'informent sur Facebook principalement par des groupes de confiance comme celui qu'elle a fondé.

Photo : Courtoisie : Sylvie-Anne Roy

Même si son groupe ne sert pas à mettre en lien des bénévoles, Sylvie-Anne Roy trouve tout de même qu’elle peut contribuer à partager des informations fiables à tous en français.

C’est un groupe [où les membres] savent qu’ils vont avoir les bonnes informations, qu’ils vont être supportés et avoir des idées pour passer au travers.

  • Groupe : Francophone en Alberta
  • Fondé le 29 mars 2015
  • Nombre de membres : 2727
L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !