•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des innovations fabriquées à Québec pour protéger le personnel de la santé

Un arceau fabriqué par Usitech Précision et imaginé par une gestionnaire de l'IUCPQ.

Photo : AFP / Fournie par l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Des entreprises de Québec, alimentées par de bonnes idées d'employés du réseau de la santé, utilisent leur expertise au profit du personnel soignant qui se frotte à la COVID-19.

Des patients infectés par le coronavirus sont soignés ces jours-ci à l'Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec (IUCPQ).

Certaines procédures plus invasives, comme l'intubation ou l'extubation, sont plus risquées pour les médecins, les inhalothérapeutes et l'ensemble du personnel de soin en raison de la nature très contagieuse de la maladie, qui fait que la moindre gouttelette suffit à propager la COVID-19.

[L'intubation] génère beaucoup de particules en suspension, ou aérosols, atteste Diane Francoeur, conseillère-cadre à la direction des soins infirmiers de l'IUCPQ.

La COVID-19 dans la grande région de Québec

Même les transports sur civière sont compliqués. On avait d'abord décidé d'utiliser un respirateur portatif pour transporter les patients d'un endroit à un autre quand ils sont intubés. On s'est rendu compte que le respirateur se contaminait, raconte-t-elle.

La gestionnaire d'expérience a donc eu une idée.

L'IUCPQ disposait déjà d'arceaux, normalement utilisés pour des patients ayant des problèmes vasculaires. Quand les gens avaient des douleurs trop importantes et qu'on ne pouvait déposer les couvertes sur leurs jambes, on utilisait cet arceau-là, explique Mme Francoeur.

img20200324102542

L'IUCPQ avait des arceaux comme celui-ci, mais ils étaient utilisés pour des patients qui avaient des douleurs aux jambes.

Photo : Autre banques d'images / David Remillard

En déplaçant l'outil des pieds à la tête et en y ajoutant une pellicule plastique capable de capter les aérosols, il est possible de protéger le personnel tout en prodiguant les soins intensifs.

Après quelques tests, la méthode s'est révélée utile. Moyennant quelques ajustements sur la hauteur et pour s'adapter aux civières, l'idée de commander de nouveaux arceaux sur mesure a fait son chemin.

Le bon contact

La suite de cette petite histoire d'innovation, comme il s'en fait plusieurs présentement au Québec, appartient à une infirmière aux soins intensifs de l'IUCPQ.

Sa famille, à Québec, possède l’entreprise Usitech Précision, capable de construire les fameux arceaux. Une première commande d'une vingtaine a déjà été passée par l'IUCPQ, autorisée en ces temps de pandémie à procéder sans appel d'offres.

Sébastien Carrier à côté d'un arceau produit par Usitech Précision

Sébastien Carrier et son équipe ont conçu l'arceau en moins d'une semaine.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

À l'usine, il n'y avait pas de mode d'emploi pour produire l'arceau. Ce produit-là, la semaine passée, il n'existait pas. On a fait un essai-erreur et on est arrivé avec un modèle qui fonctionne, raconte Sébastien Carrier, copropriétaire de l'entreprise.

Non seulement on va le fabriquer, mais on va s'assurer d'être prêt à en produire une centaine par semaine.

Sébastien Carrier, copropriétaire, Usitech Précision

Outre l'IUCPQ, au moins deux autres établissements de santé sont intéressés par l'arceau. Le mot s'est également passé dans le réseau puisque l'IUCPQ a elle-même propagé la bonne nouvelle.

Diane Francoeur salue la coopération de tous dans ce projet, qui a demandé de l'adaptation dans les façons de faire tout le personnel de la santé. C'est un travail d'équipe. Tout le monde est mis à contribution.

Au CHU de Québec aussi

Pareille initiative a pris forme au CHU de Québec. De ce côté, des urgentologues ont déniché un contact pour la production de boîtes de plastique qui remplissent le même rôle de protection que les arceaux de l'IUCPQ.

Des urgentologues du CHU ont fait un lien avec une entreprise de Québec pour un prototype qui serait adapté à notre utilisation et l'entreprise a répondu à l'appel en nous fournissant quelques exemplaires qui sont déjà en utilisation, explique Bryan Gélinas, conseiller en communications au CHU de Québec.

L'entreprise en question est Québec Multifab, spécialisée dans les transformations du plastique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Coronavirus