•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réaffectations forcées au Manoir du Havre : le syndicat compréhensif malgré les craintes

Le Manoir du Havre, résidence pour personnes âgées à Maria

Le Manoir du Havre, résidence pour personnes âgées à Maria

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Le Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'Est du Québec (SIIIEQ) accueille avec pragmatisme les affectations forcées au Manoir du Havre de Maria, malgré la peur de ses membres.

Certains employés du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie sont maintenant obligés de travailler au Manoir du Havre, la résidence privée pour aînés où 25 personnes ont été contaminées par la COVID-19 à Maria.

On comprend la situation actuelle, affirme la présidente par intérim du SIIIEQ, Annie Bélanger. On ne veut pas que l’infection se propage dans nos milieux de travail. Alors, c’est plus simple d’amener nos membres à la résidence du Manoir du Havre que d’amener ces patients au centre hospitalier.

En situation de crise comme ça, on doit accepter d'être déplacé même si ce n’est pas ce qu’on souhaite en temps normal, mais nous ne sommes pas dans un temps normal.

Annie Bélanger, présidente par intérim, SIIIEQ

C’est sûr que, ajoute Mme Bélanger, nous gardons un œil sur la situation parce que notre préoccupation première est la santé et la sécurité de nos membres.

Cette réaffectation est permise en vertu d'un arrêté ministériel qui permet à l’État de suspendre certaines dispositions des conventions collectives. Ce transfert de personnel vise à maintenir les services au Manoir du Havre, où tout le personnel habituel est en isolement.

Gros plan sur un masque de protection N95.

Au moins une infirmière, une infirmière auxiliaire et deux préposées aux bénéficiaires ont été réaffectées au Manoir du Havre, alors que leur lieu de travail principal est habituellement l'hôpital de Maria ou la Résidence Saint-Joseph.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Des inquiétudes parmi les membres

La présidente par intérim de la SIIIEQ admet toutefois que la situation suscite des inquiétudes parmi ses membres.

Oui, il y a de la peur parmi nos membres et je comprends cette peur-là.

Annie Bélanger, présidente par intérim, SIIIEQ

Cependant, poursuit-elle, je peux vous dire que lorsqu’on est affecté dans une unité de soins comme le Manoir du Havre et qu’on a tout l’équipement de sécurité, c’est-à-dire visière, gants, masque et blouse, je crois qu’on est moins en danger que dans un autre département où on aurait moins d’équipement parce qu’on pense que les gens ne sont pas affectés par la COVID-19.

Annie Bélanger affirme que l’équipement suffisant est à la disposition du personnel même s’il est utilisé de façon judicieuse. Je suis en contact tous les matins avec le CISSS, précise Mme Bélanger, pour poser des questions concernant de la sécurité et de l’équipement, affirme la présidente par intérim du SIIIEQ.

Le CISSS de la Gaspésie a assuré au syndicat que les employés affectés au Manoir du Havre ne feront pas de quarts de travail dans d'autres établissements du réseau public d’ici la fin de leur mandat, afin de limiter les risques de propagation du coronavirus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Coronavirus