•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vingtaine de propriétés inondées à Beauceville

Un panneau signale une route barrée en avant-plan. À l'arrière-plan, la rivière Chaudière gonflée par la crue.

La crue a inondé une partie du centre-ville, menant à la fermeture de plusieurs routes de Beauceville.

Photo : Radio-Canada / Félix Morrissette-Beaulieu

Les eaux de la rivière Chaudière reviennent hanter Beauceville : un embâcle a cédé à Notre-Dame-des-Pins peu avant 3 h, dans la nuit de vendredi à samedi, inondant au moins une vingtaine de propriétés dans la municipalité située en aval.

Des évacuations étaient toujours en cours samedi matin à Beauceville.

La majorité des gens vont se reloger chez des proches et des amis, a indiqué Paul Morin, directeur des communications de la municipalité.

Le centre-ville de Beauceville est affecté des deux côtés de la rivière. L'avenue Lambert, en direction sud, et le boulevard Renault, dans les deux directions en partant du centre-ville, sont fermés, a précisé M. Morin samedi matin.

Des glaces sur la rivière Chaudière à Beauceville

Beauceville est en état d'alerte et craint des inondations, après qu'un embâcle eut cédé en amont.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Le niveau de la rivière Chaudière baissait légèrement à la hauteur de Beauceville à 5h30. Nous allons demeurer en veille toute la journée, indique la municipalité.

Les glaces en amont ayant toutes été déplacées, le mouvement est complété. Nous espérons maintenant que l'embâcle formé en aval du centre-ville cède aujourd'hui.

Paul Morin, directeur des communications de Beauceville

Un centre d'enregistrement est en place à l'aréna pour les sinistrés. Différentes mesures sont en place pour assurer la distanciation sociale rendue nécessaire en raison de la pandémie de la COVID-19, précise le directeur des communications de la municipalité.

Deux véhicules de police sur le parvis de l'église de Beauceville

Des patrouilleurs et des employés de la sécurité civile mènent la garde, notamment pour disperser les attroupements le long de la rivière Chaudière.

Photo : Radio-Canada / Félix Morrissette-Beaulieu

La situation demeure loin d'être aussi tragique qu'au printemps dernier, où les inondations avaient affecté plus de 150 propriétés à Beauceville.

C'est beaucoup plus minime, quoique le mot ''minime'' n'est jamais approprié lorsque des gens sont touchés, conclut Paul Morin.

Évacuations à Notre-Dame-des-Pins

La montée rapide du niveau de la rivière Chaudière a forcé l'évacuation de cinq résidences à Notre-Dame-des-Pins, tard vendredi soir. L'embâcle situé en amont de la municipalité beauceronne, près de Saint-Georges, est en cause.

« Les valves du barrage Sartigan ont été ouvertes pour faire bouger les glaces, mais elles ne bougent pas. Tant qu'elles ne bougent pas, l'eau va monter », explique la mairesse de Notre-Dame-des-Pins, Lyne Bourque.

Deux bernaches dans une flaque d'eau à Notre-Dame-des-Pins

Signe de l'arrivée du printemps : des bernaches et des inondations à Notre-Dame-des-Pins, en Beauce

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

La Sûreté du Québec a été demandée en assistance vendredi soir.

Ça monte vite, comme l'an passé.

Lyne Bourque, mairesse de Notre-Dame-des-Pins

Plus tôt vendredi, une partie de l'embâcle a cédé vers 14 h à Saint-Georges, faisant craindre le pire à Beauceville et à Notre-Dame-des-Pins.

La Ville de Beauceville a d'ailleurs publié un avis d'alerte à 14 h38, conseillant aux résidents de se préparer à une éventuelle inondation.

Une photo avant/après d'un amas de glace sur la rivière Chaudière à Beauceville.

Les glaces se sont déplacées rapidement à Beauceville, évitant le pire pour le moment.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

On demande aux gens qui pourraient être touchés de prévoir un hébergement chez des proches.

On a dit aux citoyens de monter leurs choses du sous-sol, et de se prévoir un hébergement s'il faut qu'ils évacuent, indique la mairesse de Notre-Dame-des-Pins, Lyne Bourque.

Une maison inondée et une pelle mécanique pour évacuer des résidents à Saint-Georges, en Beauce

Des pompiers ont évacué une vingtaine de résidents en raison d'inondations à Saint-Georges, en Beauce

Photo : Beauce TV

La Sûreté du Québec quant à elle demande aux résidents de ne pas se déplacer pour observer le déplacement des glaces le long de la rivière, en raison des règles en place pour la COVID-19.

Les gens se déplacent à véhicule ou à pied pour aller voir l'état de la situation. Mais on demande à la population de respecter les mesures gouvernementales en place, c'est-à-dire de limiter les déplacements , martèle Ann Mathieu, porte-parole de la SQ.

Le premier ministre François Legault a demandé aux policiers de serrer la vis en ce qui a trait aux rassemblements. Les amendes prévues varient de 1000 $ à 6000 $.

Retour à la normale à Saint-Georges

En fin de journée, la situation est revenue à la normale à Saint-Georges, après des inondations importantes.

Des glaces se sont déplacées vers 4 h vendredi matin sur la rivière Chaudière avant d’être bloquées au nord de Saint-Georges, précise le chef du service incendie de Saint-Georges, Sylvain Veilleux.

Rapidement, le niveau de l'eau a augmenté.

Que ça monte aussi haut que ça, ça fait un bout de temps qu’on avait vu ça.

Sylvain Veilleux

Une partie de la 1re Avenue, près du centre sportif Lacroix-Dutil, a été inondée, de même qu’un parc de roulottes dans le même secteur, selon le maire de Saint-Georges, Claude Morin.

Saint-Georges avait été relativement épargnée des crues historiques du printemps dernier. L'inondation vient comme une surprise cette année, admet le maire.

Des morceaux de glace jonchent le sol, après des inondations à Saint-Georges en Beauce

L'heure est au nettoyage à Saint-Georges, après des inondations vendredi

Photo : Ville de Saint-Georges

Inondations en temps de COVID-19

Au total, une vingtaine de personnes ont été évacuées de leur maison à Saint-Georges. Des représentants de la Sécurité publique ont demandé aux résidents s’ils ont des symptômes de la COVID-19 avant de les évacuer.

Cette année, le gouvernement ne permet pas l’ouverture de centres d’hébergement pour les sinistrés en cas d’inondation. Les résidents doivent prévoir un plan B pour l’hébergement.

La plupart des personnes évacuées ont pu être relogées chez des proches, mais cinq d’entre elles ont dû être hébergées dans un hôtel de la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Incidents et catastrophes naturelles