•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Huit ans de prison pour deux femmes qui ont battu et maltraité deux fillettes

Un sous-sol sombre et encombré de divers objets, dont une boîte de carton vide et un tas de vêtements.

La plus petite des fillettes, âgée de 3 ans, était parfois enfermée dans une grande boîte de carton.

Photo : preuve soumise au tribunal

Radio-Canada

Deux femmes d’Edmonton ont été condamnées à huit ans de prison chacune pour avoir maltraité deux fillettes de 3 et 6 ans qui étaient battues, mal nourries et enfermées dans un sous-sol.

Les deux victimes sont les filles de l’une des deux femmes. L’autre était sa meilleure amie, qui vivait dans la même maison avec ses propres enfants.

Un interdit de publication empêche d’identifier les coupables pour protéger l’identité des fillettes. Elles sont placées sous la garde de la province.

Des coups répétés

Les faits se sont produits vers la fin de l’année 2017.

Ce n’est pas une agression sous le coup de la colère ou un crime ponctuel. Les coups se sont répétés, a relevé la juge Gaylene Kendell, de la Cour du Banc de la Reine, en rendant sa décision jeudi.

La juge a décrit les événements comme horribles et s’est dite convaincue que les deux femmes savaient bien qu’elles blessaient les enfants.

Les deux accusées avaient plaidé coupables à deux accusations de voies de fait graves et une autre de séquestration.

Six semaines de calvaire

Selon la déclaration acceptée par les deux femmes, la mère biologique des fillettes a arrêté d’envoyer les enfants à l’école et à la garderie parce qu’elle craignait que les employés ne remarquent leurs blessures.

Pendant six semaines, les deux soeurs étaient régulièrement enfermées au sous-sol avec un matelas sur le sol, privées de nourriture, d’eau ou d’accès aux toilettes.

Les deux femmes les obligeaient souvent à se tenir dans un coin, les mains sur la tête, pendant qu’elles recevaient des coups de ceinture.

La plus jeune des fillettes a parfois été enfermée dans une grande boîte en carton fermée avec du ruban adhésif.

Intervention d'une gardienne

Les deux fillettes ont été sauvées par une gardienne en décembre 2017.

La mère des fillettes devra encore rester en détention pendant quatre ans et trois mois. Son ancienne amie a encore seulement trois ans et cinq mois à purger, ce qui tient compte du fait qu’elle a été placée en isolement depuis son arrestation.

C’était la peine la plus sévère demandée par la Couronne, relève l’avocat de la mère, Alay Juneja. La peine est certainement plus sévère que ce à quoi je m’attendais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Crimes et délits