•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Concevoir un respirateur artificiel en famille

Une personne porte un masque d'oxygène.

Un patient reçoit de l'oxygène.

Photo : Freepik

Radio-Canada

Trois ingénieurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean, tous membres de la même famille, tentent de relever le défi lancé par Fondation de l’Hôpital général de Montréal, en concevant un respirateur artificiel. L’objectif est de pallier la pénurie appréhendée de ce type d'équipement lorsque la pandémie de coronavirus atteindra des sommets.

Mireille Larouche Guilbert, ingénieure biomédicale au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, a eu l’idée de former une équipe avec son conjoint et son beau-père, eux aussi ingénieurs.

On a vu le projet comme une belle opportunité de mettre nos connaissances à profit pour la situation actuelle. On a vu ça comme un beau moment pour occuper nos temps libres. Certains membres ont eu beaucoup de temps libre puis on a vu ça comme un moment pour s’amuser, explique-t-elle.

Un croquis de respirateur.

Voici un exemple de conception d'un respirateur volumétrique.

Photo : Courtoisie

Pas moins de 2600 personnes tentent de relever le défi de l’Hôpital général de Montréal et, une fois le concours terminé, les plans des meilleurs respirateurs artificiels seront rendus publics.

Il y a deux paramètres : aplatir la courbe ou augmenter la capacité de notre système de santé. Nous, on travaille sur ce paramètre-là. Plus on aplatit la courbe, plus on s’éloigne de notre capacité maximale, mais si on augmente notre capacité maximale, ça marche aussi, soutient l’ingénieur mécanique Renaud Simard-Boulianne.

Le respirateur conçu par l’équipe régionale coûte environ 2000 $ à fabriquer. Un ventilateur commercial coûte au moins 50 000 $.

Un croquis de respirateur.

Voici un exemple de conception d'un respirateur volumétrique.

Photo : Courtoisie

C’est de permettre au plus grand nombre de personnes sur Terre de se construire un ventilateur respiratoire. Notre mandat, c’était de fournir gratuitement, bénévolement tous les documents qui permettent la construction du ventilateur, mentionne le troisième membre du trio, l’ingénieur Robin Boulianne.

Le concours permettra aux gagnants d’empocher 200 000 $. Bien qu’il s’agisse d’une somme importante, l’équipe de la région cherche avant tout à faire une différence dans la lutte contre le coronavirus.

D’après le reportage de Thomas Laberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !