•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec limite les transports de malades des CHSLD vers les hôpitaux

La façade et l'enseigne du CHSLD de Notre-Dame-de-la-Merci.

Le CHSLD de Notre-Dame-de-la-Merci, sur le boulevard Gouin

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les résidents des centres d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD) qui sont atteints de la COVID-19 ou d’une autre maladie ne seront hospitalisés que de façon exceptionnelle. Cette mesure est nécessaire selon des médecins, mais elle préoccupe certaines personnes, dont un avocat et un groupe de défense des usagers.

Il y a une semaine, Jean et sa famille ont appris que leur père hébergé dans un CHSLD de la région de Montréal était atteint de la COVID-19. Il mangeait peu et faisait de la fièvre tout comme d’autres résidents atteints.

Le médecin [du CHSLD] nous a demandé si nous maintenions notre décision de ne pas offrir d’acharnement médical advenant une dégradation de son état de santé, explique Jean, qui préfère préserver l’identité de sa famille. Nous avons répondu oui.

Heureusement, la fièvre a cessé et la santé de leur père s’est stabilisée. D’autres résidents ont cependant reçu des soins de fin de vie au CHSLD.

Depuis 10 jours, le ministère de la Santé distribue cette directive clinique au réseau de la santé pour la COVID-19 :

  • Les patients COVID-19 positifs avec un niveau de soins 3 ou 4 au dossier, ainsi que ceux hébergés en CHSLD publics ou privés, doivent demeurer dans leur centre tout en respectant les consignes d’isolement émises par leur service de prévention et contrôle des infections.
  • Les patients COVID-19 suspectés ou confirmés ne doivent être transférés en centre hospitalier que de façon exceptionnelle et après consultation avec le médecin de garde.

Dans le jargon médical, les niveaux de soins 3 et 4 ont pour but de prévenir ou de soulager la douleur ou l’inconfort d’un patient, jusqu’aux soins palliatifs.

Une directive avisée ou hâtive?

Un homme en complet répond aux questions d'un journaliste dans un corridor.

L'avocat Patrick Martin-Ménard croit que le système de santé a présentement assez de ressources pour traiter les personnes infectées par la COVID-19 en CHSLD.

Photo : Radio-Canada

L'avocat Patrick Martin-Ménard croit que cette directive est hâtive puisque des milliers de lits sont encore disponibles en milieu hospitalier. C’est possible qu'il ait des choix à faire, mais on n'est pas encore dans cette situation et il ne faudrait pas qu'on vienne priver des gens par simples mesures préventives, dit-il.

Questionnée lors du point de presse quotidien jeudi, la ministre de la Santé Danielle McCann a pris soin d’indiquer que ça va se développer de donner des soins sur place, dans les CHSLD et résidences privées, [...] pour ne pas transférer la personne à l'hôpital, sauf si c'est requis.

Pour le docteur Robert Marchand, il est sage de limiter tout transfert à l'hôpital de patients vulnérables, que ce soit en raison de la COVID-19 ou d'autres maladies et infections. Si vous n'avez pas la COVID et que je vous envoie à l'hôpital, je vous envoie aussi dans une zone à risque, explique-t-il. Il faut vraiment y aller de façon la plus rigoureuse possible, parce que les places sont comptées.

Chez les médecins, c’est une opinion assez répandue. Mais une médecin d’un CHSLD de Montréal qui a souhaité conserver l’anonymat estime que les familles se retrouvent avec une nouvelle pression qui n’est pas normale.

M. Marchand répond aux questions d'un journaliste sur un trottoir.

Pour le docteur Robert Marchand, il est sage de limiter tout transfert à l'hôpital de patients vulnérables.

Photo : Radio-Canada

De son côté, la présidente du Regroupement provincial des comités d'usagers, Patricia Gagné, estime que cette directive limite les droits et libertés des usagers de CHSLD. Il y a des questions éthiques qui vont devoir se poser, souligne-t-elle. On veut que les patients soient traités à l'hôpital et non en CHSLD. Ce n'est pas un milieu de soin comme tel.

En attendant de pouvoir visiter à nouveau leur père, les membres de la famille de Jean se réjouissent de pouvoir lui parler sous peu. Le CHSLD s’est doté d’un iPad. Nous avons rendez-vous cette semaine avec lui, on a hâte de le voir, dit-il. Une mesure qui sera un baume pour plusieurs familles.

Avec la collaboration de Nancy Caouette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Établissement de santé

Santé