•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lancer son entreprise en pleine crise du coronavirus

La façade de l'entreprise.

Les Délices du centre-ville viennent tout juste d'ouvrir leurs portes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Démarrer un nouveau commerce, c’est déjà tout un défi pour les entrepreneurs. Imaginez maintenant le faire, alors qu’une pandémie mondiale vous empêche d’offrir vos produits à la population. C’est le cauchemar que plusieurs entreprises vivent en ce moment.

Les Délices du centre-ville à Nicolet ont ouvert leurs portes le 12 mars dernier. Depuis, le commerce n’a jamais pu voir son investissement croître normalement.

Son administrateur, Alexandre Dubois, affirme que la situation est difficile. Oui, on arrive à dormir, mais on pense toujours à comment on peut arranger nos affaires pour qu’on puisse encore mieux s’en sortir.

L'entreprise peut demeurer ouverte, mais tous n'ont pas cette chance. Par exemple, la copropriétaire des Folies de Rachel vit des moments d'incertitude. Elle n’était en affaires que depuis environ deux mois lorsqu’elle a entendu parler du coronavirus. Elle espère pouvoir recevoir des subventions pour que son commerce puisse traverser la crise.

Un mois, ça ne nous donne pas beaucoup de recul pour le chiffre d’affaires, s’inquiète-t-elle. Beaucoup de ces subventions-là sont basées sur le chiffre d’affaires. On est en contact avec l’équipe qui nous a aidés beaucoup chez IDE Trois-Rivières. Presque quotidiennement, on parle avec eux. Ils vont nous aider, mais quand exactement? Dans quel ordre? On ne sait pas.

IDE Trois-Rivières déjà en action

IDE Trois-Rivières a reçu près de 150 demandes de financement des entreprises. Le Canada a aussi annoncé un fonds d’urgence d’un million 100 000 dollars pour les entreprises. Des prêts garantis par le gouvernement seront offerts aux entreprises dont la masse salariale est inférieure à 1 million de dollars et qui ont des problèmes de liquidités.

La ville de Shawinigan a elle aussi injecté 1 million de dollars en fonds d'aide. À Nicolet, les commerçants peuvent bénéficier d'une baisse du taux d'intérêt sur les taxes municipales.

Le directeur général d'IDE Trois-Rivières croit qu'il faudra 12 à 24 mois pour retourner à une réalité économique qui ressemblerait à celle d'avant la crise.

Avec les informations de Pascale Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Entrepreneuriat