•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une adaptation forcée au télétravail

Vicky Perreault doit s'occuper de ses enfants et de son travail simultanément.

Vicky Perreault doit s'occuper de ses enfants et de son travail simultanément.

Photo : Gracieuseté de Vicky Perreault

Radio-Canada

Alors que la crise de la COVID-19 s'étire, le télétravail devient la nouvelle norme pour plusieurs personnes.

L’adaptation au télétravail a dû se faire très rapidement pour Vicky Perreault. La Baie-comoise est chargée de projets pour l'Organisme de bassins versants de Manicouagan.

Elle est maman de deux enfants de trois et six ans, dont elle a la garde partagée.

Avec les enfants à la maison, en raison de la fermeture des écoles, Mme Perreault explique qu'elle fonctionne en alternance travail - enfants toute la journée.

Une personne travaille sur son ordinateur avec un enfant devant elle.

Bien des adultes sont dans la même situation, et partagent la même table que leurs enfants ces jours-ci.

Photo : Reuters / Fabrizio Bensch

Heureusement, elle a à sa disposition des outils de vidéoconférence et peut ainsi collaborer virtuellement avec ses collègues. Selon elle, ces outils ont toutefois leur limite.

Moi, je trouve qu'il me manque un peu de motivation des fois quand je sais que je vais travailler à distance avec mes collègues plutôt qu'autour d'une table où on parle, on a un projet, on est plus créatifs, je ne sais pas... [La visioconférence] ça dépanne puis ça permet d'avancer quand même, mais c'est sûr qu'on a hâte de se retrouver, explique-t-elle.

Bien des propriétaires d’entreprises travaillent aussi de la maison. C’est le cas de Daniel Arsenault, propriétaire de Zone Vélo Ski à Sept-Îles.

La boutique d'équipement de sport et de plein air n’est pas considérée comme essentielle et a donc dû fermer ses portes le 24 mars dernier.

Je continue à faire ma gestion de médias sociaux à distance. Je continue à répondre aux messages des clients par courriel, par messagerie Facebook ou des choses comme ça. On peut prendre la commande que [le client] voudrai[t] passer, puis après ça, je vais livrer à domicile directement sans contact physique, paiement par virement bancaire, explique M. Arsenault.

Préparer l’après-pandémie

Émilie Lavoie est coordonnatrice aux communications et au développement à la salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles, dont les spectacles sont annulés en raison de l'interdiction de rassemblements.

Pourtant, elle ne manque pas de travail. Elle est installée chez elle et prépare déjà l'après-pandémie.

Une femme travaille à un bureau chez elle,

Émilie Lavoie est heureuse de travailler de la maison, malgré les circonstances.

Photo : Gracieuseté d'Émilie Lavoie.

On a un gros travail à faire par rapport au report, l’annulation et de la reprise de certains événements, explique-t-elle.

La coordinatrice considère que c'est plus facile de se concentrer en étant seul à la maison, qu'on peut être vraiment productif comme ça.

Avec les informations de Marc-Antoine Mageau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Famille