•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les New-Yorkais devraient se couvrir le visage en public, dit leur maire

Une femme pousse un chariot de courses et porte un masque de protection.

Une femme porte un masque dans le quartier de Queens, à New York.

Photo : Reuters / Stefan Jeremiah

Radio-Canada

Pour mettre un frein à la transmission communautaire de la COVID-19, le maire de New York demande désormais à ses citoyens de porter un masque en tissu dès qu'ils se trouvent en public. La Maison-Blanche réfléchit quant à elle à la possibilité de faire une telle recommandation à tous les Américains dans les prochains jours.

Il s'agit d'une nouvelle recommandation faite jeudi par l'administration de Bill de Blasio. Cette décision a été prise sur la base d'une étude publiée le 1er avril et selon laquelle les personnes asymptomatiques ou présymptomatiques propagent le virus sans en être conscientes.

Nous conseillons maintenant aux New-Yorkais de se couvrir le visage quand ils sortent de chez eux et qu'ils se trouvent près d'autres personnes, a déclaré le maire, affirmant toutefois qu'il ne conseillait pas d'utiliser du matériel médical professionnel, qui devrait être réservé pour les travailleurs de la santé.

Les gens devraient plutôt utiliser des foulards, des bandanas et d'autres morceaux de tissu pour se couvrir la bouche et le nez, même ceux qui ne présentent aucun symptôme, a-t-il précisé.

Rappelez-vous, avec la transmission communautaire – selon les projections que nous vous avons partagées –, plus de la moitié des New-Yorkais seront infectés par cette maladie. Faites votre propre masque, ne prenez pas le matériel médical dont ont besoin nos héros. Cela aidera à protéger tout le monde.

Bill de Blasio, maire de New York

Selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), de tels masques faits maison sont plus ou moins efficaces et devraient être utilisés en dernier recours. Ce type de protection n'empêche pas la personne qui la porte de contracter la COVID-19, mais elle empêche une personne infectée de transmettre le virus dans la communauté.

La ville de New York, épicentre de la pandémie aux États-Unis, compte 47 000 cas confirmés de COVID-19. Il s'agit de près de 20 % des cas dans tout le pays. Les États-Unis cumulent plus de 240 000 cas et 5800 morts.

La Dre Deborah Birx, qui fait partie de l'équipe de la Maison-Blanche pour lutter contre la COVID-19, a soutenu jeudi que l'administration fédérale pourrait conseiller à tous les Américains de se couvrir le visage dans les prochains jours. Cette possibilité est certainement à l'étude, a-t-elle dit.

Il faut simplement se rappeler que de porter un tel masque ne remplace pas les mesures de distanciation sociale, a expliqué la Dre Birx, déplorant que, selon la courbe de propagation actuelle, tous les Américains ne respectent pas ces directives.

Dre Deborah Birx en conférence de presse.

La Dre Deborah Birx est la coordinatrice du groupe de travail sur le coronavirus de la Maison-Blanche.

Photo : Reuters / Tom Brenner

New York bientôt à court de respirateurs

Le maire a tenu à préciser que cette nouvelle recommandation de la santé publique ne vise pas à remplacer les mesures de distanciation physique déjà ordonnées aux 8,26 millions de New-Yorkais.

De son côté, le gouverneur Andrew Cuomo a affirmé que l'État de New York pourrait manquer de respirateurs d'ici six jours si jamais le nombre de cas qui requièrent une hospitalisation aux soins intensifs continue de s'accroître au rythme des derniers jours.

L'État de New York compte maintenant 92 381 cas confirmés de la COVID-19 et 2373 morts. Il s'agit d'une augmentation de plus de 8400 cas et de plus de 150 morts au cours des 24 dernière heures.

En conférence de presse jeudi, Donald Trump a affirmé que General Motors devait commencer très bientôt à produire des dizaines de milliers de respirateurs étant donné qu'il a invoqué le « Defense Production Act », qui l'autorise à forcer certaines entreprises à fabriquer des biens jugés essentiels pour combattre le virus.

Le président a fait face à de nombreuses critiques pour avoir attendu avant d'invoquer le « Defense Production Act », ce qui a obligé les États à négocier à la pièce des contrats spéciaux de production d'équipement avec certaines compagnies.

Avec les informations de Reuters, CBS, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Amériques

International