•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La liste des foyers pour aînés touchés par la pandémie restera secrète au Québec

Les autorités invoquent des raisons de confidentialité. Mais pas seulement.

Le Dr Arruda en conférence de presse.

Le Dr Arruda refuse pour l'instant de rendre publique la liste des habitations pour personnes âgées où le coronavirus s'est installé. Et il a expliqué pourquoi jeudi.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Malgré les inquiétudes de nombreux Québécois quant au sort de leurs aïeux, le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, garde confidentielle la liste des lieux d'hébergement pour personnes âgées touchés par la pandémie de COVID-19.

Interrogé sur le sujet aux côtés du premier ministre François Legault lors de sa conférence de presse quotidienne, jeudi, le Dr Arruda a invoqué des raisons liées à la confidentialité des résidents et du personnel des foyers pour aînés où la COVID-19 s'est introduite.

On rend une information publique quand elle est d'intérêt public pour des fins d'intervention, [mais] d'avoir une liste pour aller à l'enquête de l'histoire de cas, ce n'est pas nécessairement d'intérêt public, a-t-il expliqué, spécifiant que les gestionnaires des habitations touchées avaient néanmoins le devoir d'avertir les résidents et, idéalement, leurs proches.

En gardant secrète la liste de tous les établissements touchés, le Dr Arruda souhaite aussi protéger la population contre elle-même.

Car il ne faudrait surtout pas que – jouissant d'un faux sentiment de sécurité – les usagers des lieux d'hébergement où aucun cas n'aurait été recensé négligent les consignes de la santé publique en matière de distanciation sociale ou qu'ils arrêtent de se laver les mains, par exemple.

Il faut considérer que, partout, il y en a [des risques].

Horacio Arruda, directeur national de la santé publique

Le Dr Arruda affirme toutefois que le gouvernement pourra continuer à fournir le total des habitations pour aînés touchées par la pandémie, et à le décliner en fonction des types d'hébergement (CHSLD, RPA, RI-RTF, etc.).

Mardi, le nombre de foyers touchés était de 410; mercredi, il est passé à 519; et jeudi, de nouveaux chiffres du MSSS transmis par courriel à Radio-Canada faisaient état de 566 habitations concernées.

Mais, contrairement à ce qu'on pourrait croire, des cas « confirmés » n'ont pas été décelés dans tous ces établissements.

Dans son courriel, le MSSS précise qu'au total, on retrouve 566 milieux de vie pour aînés avec au moins un cas suspecté ou confirmé de COVID-19, qu'il s'agisse d'employés ou de résidents.

En réalité, il y a 472 milieux de vie où l’on retrouve uniquement des cas suspectés, poursuit le ministère, soit des cas qui démontrent des signes et symptômes liés à la COVID-19, mais qui n’ont pas été confirmés par le test de dépistage.

Ces chiffres n'ont pas été déclinés par région, mais on sait que le Grand Montréal n'échappe pas au phénomène. Bien au contraire.

Des situations troublantes ont été rapportées dans les dernières semaines aux CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci et LaSalle, à Montréal; au CHSLD Sainte-Dorothée, à Laval; et à la résidence Eva de Lavaltrie, dans Lanaudière.

En conférence de presse jeudi, la directrice régionale de santé publique de Montréal, Dre Mylène Drouin, a rapporté plus de 20 éclosions dans les CHSLD et les résidences de personnes âgées de la métropole, alors que la veille, elle avait évoqué plus de 13 résidences ayant enregistré plus de deux cas et 3 CHSLD avec des éclosions [jugées] importantes.

Si ce n'est pas sur le site Internet, c'est qu'on ne rend pas nécessairement public chaque endroit, s'est-elle justifiée elle aussi.

À Laval, les dernières statistiques concernant les établissements publics du CISSS font état de 26 cas et 3 décès au CHSLD Sainte-Dorothée; de 9 cas et 1 décès au CHSLD La Pinière; et de 4 cas confirmés au CSHLD Fernand-Larocque.

Avec la collaboration de Daniel Boily et Mélanie Meloche-Holubowski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !