•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Béarn souhaite que le Témiscamingue s’isole davantage durant la pandémie

Le pont entre les municipalités de Fabre et de Béarn fait l'objet d'une nouvelle restriction de charge

Les élus de Béarn ont passé une résolution demandant d'isoler le Témiscamingue des autres MRC.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Les élus de Béarn voudraient que la MRC du Témiscamingue prenne ses distances et s’isole des autres MRC de l’Abitibi-Témiscamingue afin d'éviter la propagation de la COVID-19. Une résolution a d’ailleurs été adoptée en ce sens au plus récent conseil municipal, lundi soir.

Le maire de Béarn, Luc Lalonde, mentionne que certains autres secteurs du Québec dans une même région administrative ont déjà été placés en confinement préventif.

Le Témiscamingue est déjà presque confiné puisque les rues de l’Ontario sont déjà barrées. Il ne resterait plus qu’une route à barrer à la hauteur de Rémigny et de Rollet et il n’y a encore aucun cas [de coronavirus] au Témiscamingue, suggère Luc Lalonde, ajoutant qu’il ne tient toutefois pas à mettre de pression sur les décideurs.

Une pancarte où il est indiqué Mesures d'urgence en bordure de la route. Au loin, un véhicule de la Sûreté du Québec est stationné au milieu de la route.

Des policiers ont installé un barrage routier à l'entrée du parc de la Vérendrye près de Louvicourt.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Dans la résolution, on peut lire que les élus de Béarn aimeraient que seuls les déplacements considérés comme essentiels soient permis.

Demande aux élus de la région

La résolution sera également acheminée aux députés Émilise Lessard-Therrien et Pierre Dufour, également ministre responsable de la région, ainsi qu’à Claire Bolduc, préfète de la MRC du Témiscamingue.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Claire Bolduc, de son côté, soutient que les municipalités sont en droit de prendre ce type de résolutions et de poser des questions. Elle entend néanmoins continuer à respecter les consignes de la direction de la santé publique, qui rappelle-t-elle, est l'instance gouvernementale ayant le pouvoir de prendre a décision d'isoler certains territoires.

Nous avons posé la question, nous les avons interpellés (la Santé publique) et on leur parle régulièrement. La réponse que nous obtenons est que, selon eux (la Santé publique), il y a plus d’avantages à rester ouvert comme territoire qu’à demeurer fermé, conclut Claire Bolduc.

Ailleurs au Québec, les territoires des municipalités de Joliette et de La Tuque, par exemple, sont déjà régis par des contrôles policiers. Seules les personnes dont les déplacements sont essentiels peuvent sortir ou entrer dans ces secteurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !