•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contrôles routiers en Outaouais : on démystifie le tout pour vous

Un agent près d’une file de voitures sur un pont.

Des policiers surveillent désormais sporadiquement le passage entre l'Outaouais et le Québec en raison de la pandémie.

Photo : Francis Ferland / CBC

Depuis que le gouvernement du Québec a annoncé de nouveaux points de contrôles routiers pour limiter les déplacements en Outaouais, vous avez été nombreux à nous poser des questions. Puis-je aller au chalet? Est-ce que je peux me rendre en Ontario faire mon épicerie? On répond à vos questions.

D’abord, sachez qu’un peu partout au Québec tout déplacement non essentiel est désormais interdit. Dans notre région, cette mesure s’applique tant pour les trajets vers l’Ontario qu’au sein même du territoire de l’Outaouais. On souhaite limiter les trajets de Gatineau vers des secteurs plus ruraux, comme Papineauville, par exemple.

Les contrôles routiers se font également de façon aléatoire et non pas seulement aux ponts interprovinciaux. Les automobilistes, mais aussi les piétons, peuvent se faire intercepter par un policier.

Des barrages peuvent être établis sur le boulevard Saint-Joseph, à Gatineau, par exemple, où les policiers vous questionneront sur la raison de votre déplacement. Si votre déplacement est jugé non essentiel, vous pourriez être invité poliment à faire demi-tour.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) rappelle que les policiers jugeront au cas par cas et qu’ils prônent la sensibilisation plutôt que la répression. Les personnes qui ne collaborent pas pourraient toutefois recevoir une amende variant entre 1000 $ et 6000 $.

Vos questions

Longue file sur le pont du Portage vers Gatineau.

Longue file sur le pont du Portage vers Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Le père de mon fils est à Ottawa et moi à Gatineau. Mon fils peut-il continuer les visites?

Pour répondre à cette question, la porte-parole du Service de police de Gatineau, Renée-Anne St-Amand, se veut rassurante.

La garde partagée, ça peut faire partie d'un déplacement pour fin humanitaire. Mais ça se peut qu'on demande aux gens des explications lors des contrôles.

Renée-Anne St-Amand, porte-parole du Service de police de la Ville de Gatineau

Est-ce que je peux aller rendre visite à mon conjoint dans une autre ville?

Si les policiers vous interceptent, ils pourraient juger ce déplacement non essentiel.

Les fonctionnaires qui doivent se rendre au travail peuvent-ils encore le faire?

Oui. Toute personne dont l'emploi est considéré comme essentiel et pour qui le télétravail n’est pas une option peut encore faire le trajet entre sa maison et son lieu de travail.

Est-ce que je peux me rendre à Gatineau (Buckingham) pour faire l’épicerie si j’habite Val-des-Bois?

La réponse à cette question est un peu plus complexe. Les services de police consultés jeudi ont rappelé qu’ils vont agir au cas par cas et faire preuve de bonne foi.

En théorie, l’arrêté ministériel publié mercredi explique cependant que les déplacements au sein même de la région de l’Outaouais peuvent être contrôlés. Puisqu'il y a une épicerie à Val-des-Bois, les autorités pourraient juger que le déplacement vers Gatineau n'est pas essentiel.

Le ministre responsable de la région de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, expliquait mercredi que ces mesures sont mises en place pour limiter, entre autres, la propagation du coronavirus des centres urbains vers les milieux ruraux.

Une policière accostant une voiture.

Les policiers de la Sûreté du Québec surveillent les déplacements des automobilistes dans plusieurs régions du Québec.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Les déplacements humanitaires sont permis. Qu’est-ce que signifie humanitaire?

La police de Gatineau admet que le terme humanitaire peut englober plusieurs choses.

La catégorie des fins humanitaire peut être très large et on comprend que les gens puissent avoir des questionnements, mais on fait appel au bon jugement des citoyens pour pouvoir déterminer si leur déplacement est essentiel, a affirmé l'agente St-Amand.

Garde partagée, dépôt de médicaments ou emplettes fournies à un proche qui a de la difficulté peuvent être des cas de déplacement humanitaire.

Puis-je aller faire le plein d’essence en Ontario puisque c’est moins cher?

Non. Ce n’est pas un déplacement essentiel.

J'ai 83 ans. J'habite à Gatineau et mon fils, à Ottawa. Peut-il encore venir nous porter l'épicerie?

L’épicerie étant une emplette essentielle, ce cas de figure devrait entrer dans la catégorie déplacement humanitaire.

Des marcheurs sur le pont Alexandra.

Plusieurs citoyens traversent encore les ponts pour leur marche quotidienne.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Est-ce que je peux encore traverser les ponts en faisant mon jogging matinal?

Là aussi, les policiers pourraient vous demander de faire demi-tour, puisque ce déplacement entre les deux provinces n’est pas essentiel.

Puis-je me rendre à mon chalet?

Se rendre vers sa résidence secondaire n'est pas prioritaire. C'est d'ailleurs la hausse des déplacements vers les chalets qui a poussé certains maires de l'Outaouais à demander au gouvernement Legault un resserrement des frontières de la région.

On n’a pas vu une diminution malgré l'intervention du maire de Gatineau et du maire d'Ottawa. Les gens n’ont pas compris [...], c'est pour ça qu'on a fait une demande, a affirmé Chantal Lamarche, préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Coronavirus