•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal accroît la présence policière dans six grands parcs

Une femme fait de la course à pied avec son chien.

Valérie Plante demande aux Montréalais de faire preuve de jugement dans les parcs pour respecter la distanciation.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

La mairesse de Montréal Valérie Plante a annoncé jeudi que la présence policière sera accrue dans six grands parcs de la ville afin de faire respecter les mesures de distanciation physique.

Les agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) seront davantage présents dans les parcs Maisonneuve, La Fontaine, Jeanne-Mance, Laurier et du Mont-Royal ainsi que le long du canal Lachine. Les agents des postes de quartiers du SPVM seront également présents dans les plus petits parcs.

Dès que les policiers vont croiser des contrevenants aux règles de distanciation, ceux-ci seront identifiés et des sanctions seront appliquées, a affirmé Line Carbonneau, directrice adjointe des normes professionnelles du service de police. Les personnes interpellées s'exposent à des amendes qui vont de 1000 $ à 6000 $.

Six constats d'infraction ont déjà été donnés, et le suivi sera fait par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), a ajouté Mme Carbonneau.

En entrevue à RDI matin, André Durocher, directeur des communications du SPVM, a précisé que les policiers ne donneront pas des contraventions aux récalcitrants sur-le-champ, mais rédigeront plutôt des constats d'infraction généraux. Ce rapport est ensuite soumis au DPCP qui décidera, si oui ou non, il choisit de poursuivre le contrevenant.

Et pour ce qui est du montant de l'amende, il n'est pas déterminé par les policiers, a-t-il ajouté. C'est inscrit dans la loi qu'il est entre 1000 et 6000 dollars, mais ce sera déterminé par un juge et non pas par les policiers qui interviennent.

La mairesse, quant à elle, a précisé à plusieurs reprises lors de sa conférence de presse que la majorité des citoyens se conforme déjà aux directives de la santé.

Je trouverais ça triste qu'on ferme les parcs pour une petite minorité qui n'écoute pas. C'est à eux qu'on parle. [...] Je veux que les gens se posent la question avant de sortir de la maison : est-ce que c'est nécessaire?

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Elle a aussi spécifié que les Montréalais peuvent toujours se rendre dans les parcs pour prendre le nécessaire petit bol d'air quotidien, mais que les rassemblements sont interdits. Aller prendre l'apéro tout l'après-midi avec son voisin, même à deux mètres de distance, ça, ce n'est pas essentiel, a-t-elle illustré. Elle n'a toutefois pas précisé si les policiers rédigeraient un constant d'infraction dans un tel cas.

La mairesse a par ailleurs annoncé que les vélos en libre-service BIXI seront disponibles dès le 15 avril. Elle a toutefois averti qu'ils devront servir à des déplacements essentiels et non pour découvrir la ville de quartier en quartier.

Ils seront nettoyés plus souvent pour les rendre sécuritaires, a-t-elle ajouté.

« Restez dans votre quartier »

La transmission communautaire est désormais soutenue et présente dans tous les arrondissements. Montréal compte 2642 cas confirmés de la COVID-19, soit 480 nouveaux cas de plus en 24 heures.

Les quartiers les plus touchés, proportionnellement à la densité de la population qui y vit, sont toujours dans le centre ouest de la Ville : Côte-Saint-Luc, Outremont et Hampstead.

La Ville, qui est l'épicentre de la pandémie au Québec, compte également 17 décès et 149 hospitalisations, dont 29 personnes aux soins intensifs. Aussi, 148 travailleurs de la santé ont été infectés sur l'île et on compte une vingtaine d'éclosions dans des résidences ou centres pour personnes âgées.

La mairesse ainsi que la directrice régionale de la santé publique, la Dre Mylène Drouin, ont toutes les deux appelé les Montréalais à demeurer dans leurs quartiers et à se limiter uniquement à des déplacements essentiels.

Nous sommes dans les journées où il y a le plus de personnes infectées qui circulent. [...] Vous comprenez qu'on commence à être dans la pente ascendante de la pandémie.

Dre Mylène Drouin, directrice régionale de la santé publique

Ce n'est pas le temps de passer à l'épicerie pour une pinte de lait tous les jours, puis de passer au dépanneur pour une petite bière, et de découvrir la ville en marchant ou à vélo, a expliqué la Dre Drouin, ajoutant qu'elle devait maintenant se faire plus directive.

La Dre Drouin a affirmé que les concessions qui seront faites dans les prochains jours permettront de sauver des vies, de protéger les travailleurs de la santé et de sortir de la crise plus rapidement. On ne peut plus laisser passer les contrevenants, a-t-elle dit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique municipale