•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Temps d’écran : ne soyez pas trop durs envers vous-mêmes, disent des experts

Une jeune femme semble inquiète et met les mains devant sa bouche en regardant l'écran de son ordinateur.

Ce n'est pas le temps de se culpabiliser pour l'augmentation du temps que nous passons devant des écrans, selon Ramona Pringle.

Photo : Getty Images / fizkes

Radio-Canada

Dans les dernières semaines, des millions de personnes vivant au Canada ont dû s’adapter au télétravail, tout en continuant de s’informer sur la progression de la pandémie de COVID-19 et les consignes des autorités. Il n’est donc pas surprenant que le temps passé devant des écrans ait augmenté pour un grand nombre d’entre elles. 

Ramona Pringle, chroniqueuse techno et professeure associée à l’Université de Ryerson, à Toronto, appelle la population à ne pas trop se taper sur la tête, même si une bonne hygiène numérique repose entre autres sur une diminution du temps d’écran. 

« Je crois que les gens ne devraient pas être trop durs envers eux-mêmes, parce que nous vivons des circonstances exceptionnelles. Il faut être plus doux et plus patient envers soi-même et éviter d’être trop strict ou trop critique. »

Pour ceux et celles qui ne peuvent s’empêcher (avec raison) de suivre toutes les nouvelles entourant la pandémie, mais qui aimeraient trouver une façon de diminuer le temps passé sur leur téléphone ou leur ordinateur, elle a quelques conseils. 

Il faut d’abord tenter de cerner les sentiments qui nous habitent après la consommation d’informations en ligne et privilégier les moments de navigation qui nous procurent du bonheur. 

« Comment est-ce que je me sens après tant de temps passé sur les réseaux sociaux à faire défiler les nouvelles? Comment cela se compare-t-il à ce que je ressens après être allé sur YouTube pour regarder des tutoriels, ou après un appel FaceTime avec la famille? » a-t-elle expliqué à CBC News. 

Pringle suggère également de prendre de petites pauses, à l’écart de tout écran.

« Ne partez pas avec des attentes trop élevées, comme de passer une journée entière sans distractions numériques, mais divisez votre journée et offrez-vous assez de pauses pour accomplir les choses que vous avez à faire. »

Prenez soin de vous et évaluez votre « diète numérique »

Le Dr David Gratzer, un psychiatre au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) de Toronto, affirme que l’augmentation du temps d’écran peut contribuer à une augmentation de l’anxiété pour les personnes qui ont ont déjà vécu des problèmes de santé mentale, surtout en période de confinement. 

« Si vous sentez que suivre le déroulement de la pandémie est stressant, essayez de passer moins de temps à lire les nouvelles. Prendre le temps de faire un peu d’exercice, suivre une diète équilibrée et éviter la caféine : toutes ces choses peuvent être bénéfiques », affirme-t-il. 

Comme Ramona Pringle, il conseille de ne pas se priver de temps d’écran simplement par culpabilité. 

« Je crois que si les gens devaient s’éloigner complètement des écrans en ce moment, ils pourraient se sentir plus isolés que jamais. »

« Nous sommes toutes et tous stressés actuellement, et pour être bien franc, c’est correct de se sentir stressé. »

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Internet

Techno