•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : n’allez pas observer les oies à Baie-du-Febvre, demande le maire

Des oies dans un champs.

Les oies blanches sont déjà arrivées à Baie-du-Febvre, au Centre-du-Québec.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Baie-du-Febvre déplore que des gens prennent des risques inutiles en venant observer les oies blanches sur le territoire de sa municipalité.

Chaque année, environ 700 000 oies blanches transitent par Baie-du-Febvre, ainsi que 70 000 bernaches, donnant lieu à un spectacle impressionnant.

Mais ce printemps, le maire Claude Lefebvre demande aux gens de respecter la consigne de la Direction générale de la santé publique qui dit d’éviter tout déplacement non essentiel et, donc, de ne pas venir observer les oiseaux.

En temps normal, ils sont très bienvenus, mais ce printemps, on leur demande de rester chez eux.

Claude Lefebvre, maire de Baie-du-Febvre

Intervention de la SQ

Claude Lefebvre affirme que plusieurs personnes sont venues sur le site d’observation des oies ces derniers jours, notamment des gens de l’extérieur, ce qui est contraire à la consigne de ne pas voyager entre régions.

La Municipalité a dû appeler la Sûreté du Québec (SQ) la semaine dernière afin que les agents viennent rappeler les règles de distanciation sociale.

La SQ va désormais patrouiller plus régulièrement dans le secteur pour éviter qu’il y ait des rassemblements.

Une barrière de fortune et des cônes bloquent une route de campagne.

Baie-du-Febvre a restreint la circulation sur la route Janelle.

Photo : Municipalité de Baie-du-Febvre

La Municipalité a aussi restreint le passage par la route Janelle entre la route 132 et le lac Saint-Pierre. Seule la circulation locale y est permise.

Éviter la propagation du coronavirus

Il n’y a que quatre cas de COVID-19 sur le territoire de Bécancour-Nicolet-Yamaska.

Le maire ajoute qu’il n’y a pas de cas connu ni dans sa municipalité et il souhaite que la situation reste ainsi.

Les gens se disent : "on va à Baie-du-Febvre observer les oies, on est dans notre auto, on ne dérange personne", mais en réalité les gens font un assez bon voyage, ils font une ou deux heures de route, arrivent à Baie-du-Febvre, il y a une pause pipi, on remplit l’auto d’essence, explique-t-il. Il y a quand même un risque à un moment donné de propager le virus.

En demandant à la population de ne pas venir observer les oies, il veut protéger ses concitoyens.

Le maire de Baie-du-Febvre a interpellé le député de sa circonscription, Donald Martel.

Le député caquiste compte avertir la population.

Cette année, on vous demande, exceptionnellement, de ne pas venir. On vous garantit que les oies vont revenir l’année prochaine, promet-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Coronavirus