•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un centre mobile d’évaluation de la COVID-19 dans un conteneur

Un conteneur avec des fenêtres à l’intérieur

Le conteneur converti pourrait facilement être entreposé pour de futures pandémies, selon les deux inventeurs.

Photo : Dr. Dennis Reich

CBC

Un médecin et un entrepreneur du Grand Sudbury, dans le Nord de l’Ontario, inventent un centre mobile d’évaluation du coronavirus qui pourrait être utilisé par les travailleurs en santé.

Le Dr Dennis Reich et l’homme d’affaires Tom Fortin ont modifié un conteneur métallique utilisé pour l’envoi de marchandises par bateau ou par train.

L’objectif est de créer des centres mobiles dans des endroits où il n’existe pas d’immeubles disponibles.

Deux hommes se tiennent debout dans un conteneur converti avec des fenêtres à l’intérieur

Le Dr. Reich s’est associé à Tom Fortin pour réaliser le prototype en l’espace de deux semaines.

Photo : Dr. Dennis Reich

Les conteneurs modifiés peuvent être transportés par camion-remorque notamment.

Le conteneur d’une longueur de six mètres comprend une petite salle avec une fenêtre.

Cela permet au professionnel de la santé de procéder à des tests sans être en contact direct avec un patient.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Le conteneur est sous pression, ce qui permet à l’air de circuler de façon unidirectionnelle, entre le préposé en santé et le patient, dit M. Fortin. Les chances de contamination pour l’employé sont donc nulles.

Un conteneur coûte environ 15 000 $ et sa conversion en plus des coûts de main d’œuvre double cette facture à 30 000 $.

Deux hommes l’un en face de l’autre et séparés par une fenêtre.

Une fenêtre a été installée pour séparer le patient du professionnel de la santé et ainsi éviter tout contact direct entre les deux invididus.

Photo : Dr. Dennis Reich

Des hôpitaux et des bureaux de santé publique ont été prévenus de l’existence du prototype.

Les deux inventeurs espèrent que leur conteneur sera utilisé lorsqu’il faudra mettre sur pied d’autres centres de dépistage.

Ils espèrent aussi que le prototype sera utilisé ailleurs au Canada et même dans le reste du monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !