•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les paquebots Zaandam et Rotterdam accostent en Floride

Les Canadiens à bord seront rapatriés par avion dès que possible, assure le gouvernement Trudeau.

Un homme en robe de chambre lève le pouce en l'air depuis le pont du navire.

Les passagers du Zaandam ne cachaient pas leur joie, jeudi, de pouvoir bientôt poser le pied sur le sol de la Floride.

Photo : Associated Press / Mike Stocker

C'est un long cauchemar qui s'achève pour des centaines de croisiéristes coincés depuis des jours sur deux navires battant pavillon néerlandais.

L'un des deux bateaux, le Zaandam, a pu accoster au port des Everglades, à Fort Lauderdale, jeudi, après 27 jours d'errance sans qu'aucun pays d'Amérique latine ne veuille le recevoir. L'autre, le Rotterdam, a pu faire de même par la suite.

Les deux navires transportaient près de 2500 personnes, dont 248 Canadiens, soit 98 sur le Zaandam (97 passagers et 1 membre d'équipage) et 150 sur le Rotterdam (tous des passagers).

Je suis très heureux de pouvoir partager cette bonne nouvelle avec vous [...]. Votre voyage de retour à la maison peut bientôt commencer, a dit aux passagers le capitaine du Rotterdam, Bas Van Dreumel, selon un message audio transmis à l'AFP par l'un d'entre eux. Ce fut un long périple, a ajouté le capitaine.

Le gouverneur Ron DeSantis, qui refusait de les laisser débarquer, a finalement changé d'idée, voyant que des Américains se trouvaient à bord. Il a accepté de les accueillir, mais sous certaines conditions. Aussi, tous ne pourront pas quitter les paquebots.

Selon l'entente conclue entre les autorités de l'État, les garde-côtes, le département de la Sécurité intérieure et la compagnie Holland America, 45 passagers modérément malades devront rester à bord. Neuf autres seront transportés directement à l'hôpital Broward Health pour bénéficier de soins plus urgents.

Du personnel médical s'affaire sur la descente du navire.

Des malades ont été rapidement évacués du Zaadam sur une civière. Ils ont ensuite pris la direction de l'hôpital en ambulance.

Photo : Reuters / Joe Skipper

Quant aux ressortissants étrangers qui auront la permission de quitter les bateaux, ils seront escortés par autocar jusqu'au tarmac de l'aéroport, où des avions nolisés viendront les chercher pour les ramener dans leurs pays respectifs.

Ce sera le cas des Canadiens, selon le premier ministre Justin Trudeau, qui, lors de son point de presse quotidien devant le 1, promenade Sussex, a déclaré jeudi qu'il sera demandé à ces croisiéristes de se placer en quarantaine pendant 14 jours à leur retour.

Nous comprenons qu'il y a un vol nolisé qui est peut-être là pour les ramener au pays. Et évidemment, ils seront en isolement quand ils vont revenir.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Au moment de toucher terre, le Zaandam transportait 1050 personnes; le Rotterdam, 1450.

À l'origine, le Zaandam comptait beaucoup plus de passagers, mais 800 d'entre eux, en bonne santé, ont été déplacés il y a quelques jours à bord de l'autre paquebot, venu à la rescousse avec des vivres, du personnel et des tests de dépistage.

Les deux navires ont ensuite pu quitter les côtes du Panama, où le Zaandam était demeuré immobile pendant un certain temps.

Ce bateau de croisière, qui peut théoriquement accueillir à son bord plus de 2000 personnes, avait quitté Buenos Aires, en Argentine, le 7 mars dernier. Il devait finir son voyage au Chili le 21 mars, mais il a dû changer de trajectoire à cause de la pandémie.

On ne connaît pas exactement l'ampleur de l'épidémie à bord du Zaandam. On sait seulement que quatre personnes y sont mortes récemment, dont deux étaient infectées par la COVID-19. Neuf autres ont été confinées dans leur chambre après avoir été déclarées positives.

Mais l'épidémie pourrait être beaucoup plus répandue : encore tout récemment, quelque 250 passagers et membres d'équipage présentaient des symptômes similaires à ceux de la grippe, selon la compagnie Holland America, qui estime aujourd'hui que 13 passagers sont très malades et qu'un membre d'équipage nécessitera une prise en charge hospitalière.

Mardi, le président de la compagnie s'inquiétait d'ailleurs de voir le bilan des morts grimper si les bateaux n'étaient pas autorisés à accoster en Floride.

De nombreux Canadiens à bord

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a précisé jeudi en point de presse que la compagnie Holland America sera responsable de rapatrier ces gens-là et que le rôle du Canada se limitera à s'assurer que les protocoles sanitaires [soient] appliqués.

Ce sont toujours des situations difficiles. Il y a beaucoup d'anxiété, donc notre objectif, c'est de permettre d'aider les Canadiens le plus rapidement possible.

François-Philippe Champagne, ministre des Affaires étrangères

Le Canada a coopéré étroitement avec ses partenaires américains dans ce dossier, a souligné Affaires mondiales Canada en soirée, remerciant les fonctionnaires du comté de Broward, le gouvernement fédéral, l’État de la Floride et la compagnie Holland America pour les efforts qu’ils ont déployés afin de permettre aux navires d’accoster.

Le ministre Champagne en conférence de presse.

Les Canadiens présents sur le Zaandam pourront prochainement rentrer au pays, a assuré le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Depuis le début de l'opération de rapatriement, il y a 10 jours, plus de 40 vols ont été organisés par le gouvernement Trudeau pour ramener au pays des Canadiens en provenance de 30 pays différents.

Avec la collaboration d'Alexis Gacon

Avec les informations de Agence France-Presse, NBC, et CBS

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International