•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en classe progressif et virtuel pour les cégépiens de la Côte-Nord

Une personne utilise une souris et un clavier d'ordinateur.

Le retour en classe se fait progressivement et par Internet depuis lundi à Sept-Îles.

Photo : iStock

Depuis lundi, les cours reprennent progressivement à distance pour les étudiants du Cégep de Sept-Îles. À Baie-Comeau, ce retour virtuel est prévu lundi prochain.

Les enseignants remanient présentement leur plan de cours pour que leurs étudiants puissent compléter la session malgré la fermeture des cégeps pour contrer la propagation de la COVID-19.

Le défi est de taille, autant pour les enseignants que pour les étudiants, indique la présidente de l'Association générale étudiante du Cégep de Sept-Îles, Geneviève Duclos.

Il va y avoir vraiment moins de travaux à faire que ce qu’on ferait en temps régulier. Le nombre d’examens est réduit. Le nombre de travaux à remettre est réduit. On voit que les profs essaient de nous simplifier la matière en plus de la synthétiser, indique l’étudiante du programme Langue, culture et communication.

La majorité des étudiants doivent reprendre environ sept cours. Pour un cheminement en ligne, c’est vraiment de la job.

Geneviève Duclos, présidente de l'Association générale étudiante du Cégep de Sept-Îles

Geneviève Duclos en est à sa dernière session pour obtenir son diplôme d'études collégiales. Les étudiants qui sont le plus à risque d’être pénalisés, ce sont les étudiants finissants étant donné qu’on a plusieurs épreuves synthèses qui s'en viennent, met en lumière la présidente de l'association étudiante.

Les enseignants s’adaptent

Président du Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Sept-Îles, Raphaël Rousseau-Mercier explique que l’adaptation nécessaire aux technologies et la conciliation travail-famille sont des défis importants pour les enseignants.

Monter trois, quatre cours à distance et gérer des enfants, ça peut être très demandant.

Raphaël Rousseau-Mercier, président du Syndicat des enseignantes et enseignants du Cégep de Sept-Îles

Les enseignants sont très préoccupés par la qualité de l’enseignement durant cette situation extraordinaire, indique le syndicat.

Malgré un début difficile sous le signe de l’angoisse, les efforts déployés par les enseignants et l’équipe du Cégep de Sept-Îles semblent porter ses fruits.

Le ministre de l’Éducation annonce comme un messie que la session est sauvée, mais nous, on n’a pas les balises et on ne sait pas à quoi il fait référence. Ça a créé beaucoup d’anxiété pour les profs, raconte M. Rousseau-Mercier.

Les étudiants répondent à l’appel face à ce retour progressif à Sept-Îles, indiquent quelques enseignants qui ont recommencé à prodiguer des cours.

Internet : une nécessité pour terminer sa session

Le Cégep est en mode solution pour les étudiants qui n’ont pas les ressources nécessaires à la maison pour poursuivre leurs cours en ligne, affirme le chargé des communications au Cégep de Sept-Îles, Francis Desbiens.

Un processus d’identification des étudiants qui n’ont pas les outils en main a déjà été effectué par le Cégep. On essaie actuellement de trouver des solutions pour ces gens-là, raconte M. Desbiens.

Selon le syndicat des enseignants, une vingtaine d’étudiants n’auraient pas les outils nécessaires à la maison pour l’instant.

Ce qui est dommage des cours en ligne, c’est que c’est sûr qu’on va perdre des camarades. Soit par le manque de ressources Internet, soit par le manque de ressources matérielles, déplore la présidente de l’Association générale étudiante du Cégep de Sept-Îles, Geneviève Duclos.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Éducation