•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Il est temps de rentrer à la maison », demande une francophone coincée au Népal

Une femme pose devant une plage et une rivière.

Valérie Denis attend d'être rapatriée au Canada depuis le Népal, mais les nouvelles sont rares.

Photo : Gracieuseté Valérie Denis

Dans sa chambre d’hôtel de Katmandou, la capitale du Népal, Valérie Denis a le sourire malgré l’incertitude de sa situation. Cette francophone qui vit à Calgary aurait dû être de retour au pays depuis quatre jours, mais la pandémie a fait dérailler ses projets.

Valérie Denis est partie du Canada à la fin du mois de février pour un voyage humanitaire d’un mois. Ce périple, qui lui a permis d’aider à la construction d’une école, de visiter la jungle népalaise et de pratiquer le yoga, s’est interrompu brutalement le 23 mars. Ce jour-là, le gouvernement local a annoncé que le pays serait mis en confinement dès le lendemain.

Valerie Denis pose des blocs de béton pour construire un mur.

Valérie Denis est partie au Népal pour aider à la construction d'une école.

Photo : Gracieuseté Valérie Denis

Valérie Denis n’a eu que le temps de rejoindre la capitale avant que tous les transports, y compris les aéroports, soient fermés. Le 23, la folie avait déjà commencé. Tout le monde voulait le meilleur pour sa famille, raconte-t-elle.

Le Canada absent

Valérie Denis s’était assurée qu’il n’y avait pas de restriction de voyage avant de partir. Elle s’était aussi enregistrée auprès des autorités consulaires.

Malgré le confinement brutal du Népal, cela aura cependant pris plusieurs jours pour qu’elle reçoive des nouvelles du Canada. Un courriel dont elle dit : Merci beaucoup, mais c’est complètement inutile. Valérie Denis explique que les autorités lui disaient de contacter les agences de voyages et les compagnies aériennes mieux informées, selon elles, de la situation sur le terrain.

Valérie Denis n’est pas seule dans cette situation. Les Canadiens se sont regroupés sur Facebook (Nouvelle fenêtre) pour se donner des informations et des conseils parce qu'ils trouvent que les ressortissants d’autres pays semblent recevoir plus d'aide.

Ce matin, deux personnes que j’aimais beaucoup sont parties. Elles venaient de Nouvelle-Zélande, raconte-t-elle.

Évidemment, je suis extrêmement contente, mais c’est un deuil à faire.

Valérie Denis, Canadienne bloquée au Népal

Un ami de l’Allemagne s’en va le 4, on avait des gens de la France qui sont partis il y a deux jours. Tous les pays s’en vont, mais on n’a pas de nouvelles du Canada, poursuit-elle.

Une situation instable

Malgré tout, Valérie Denis s’estime chanceuse d’avoir une chambre, de la nourriture et une certaine routine. Toutefois, elle ne cache pas l’instabilité de la situation.

Quand le gouvernement a décidé d’étendre le confinement jusqu’au 8 avril, à partir de là, il y a encore eu un moment de tension. Les marchands dans les rues ne voulaient pas qu’on s’approche d’eux. La police était encore plus présente dans les rues. On s’est fait accoster pour nous dire de rentrer dans nos hôtels. [...] C’est vraiment la peur qui ressortait de la part des gens, explique Valérie Denis.

Une rue vide de monde et de voitures dans un pays peu développé.

Les mesures de confinement à Katmandou ont pour résultat que les rues sont désertes.

Photo : Gracieuseté Valérie Denis

Elle ne réclame toutefois pas le rapatriement pour elle seule.

Moi, je suis venue pour aider. La dernière chose que je voudrais, c’est prendre les ressources de n’importe quelle façon.

Valérie Denis

Valérie Denis évoque aussi les inquiétudes de ses proches qui voudraient la revoir au pays. 

C’est moche de créer de l’inquiétude. Même si ça va bien, je pense que c’est le temps de rentrer à la maison, conclut-elle.

La réponse des autorités

Affaires mondiales Canada n’a pas répondu aux questions de Radio-Canada. Une mise à jour est toutefois envoyée tous les jours dans laquelle il est indiqué que des vols commerciaux en partance de l’Inde sont prévus pour les 4, 5, 6 et 7 avril. 

Aucune mention n’est toutefois faite des ressortissants canadiens au Népal. Il leur a toutefois été demandé de remplir un sondage (Nouvelle fenêtre) pour dénombrer les Canadiens dans le besoin et leur situation précise.

Depuis la publication de cet article, Affaires mondiales Canada a répondu à notre courriel. Le Ministère est pleinement conscient de la situation très stressante. Des Canadiens au Népal éprouvent des difficultés à réserver des billets d’avion pour le Canada, indique la porte-parole Angela Savard. Des discussions sont en cours avec les autorités locales, les ambassades étrangères et les compagnies aériennes.

L’Office du tourisme du Népal a recommandé à tous les étrangers de se rendre à Katmandou d’ici le 3 avril.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Société