•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des masques destinés au Canada détournés vers d'autres pays?

Une « guerre » mondiale pour les masques est déclarée, témoignent nos sources.

Des masques N95

Les masques N95 sont devenus une denrée rare très prisée sur le marché international.

Photo : AFP / Mladen Antonov

Des masques qui devaient prendre le chemin du Canada auraient été revendus au plus offrant alors que les stocks s'apprêtaient à quitter la Chine.

Ça joue dur en ce moment, affirme une source à Québec. Il faut comprendre qu'il y a des commandes sécurisées et des commandes non sécurisées.

Le mois dernier, une cargaison de masques achetée pour le Québec, qui transitait par l'Europe, serait étrangement arrivée plus petite que prévu.

Ces derniers jours, les États-Unis ont racheté au comptant, trois fois le prix, un stock de masques destinés à la France directement sur le tarmac de l'aéroport chinois. L'avion a finalement pris le chemin des États-Unis plutôt que de la France. La nouvelle a été confirmée par deux présidents de régions françaises.

Ça nous est arrivé à nous aussi, rapporte une source bien au fait des approvisionnements du Canada en Chine. Elle évoque un pays européen, mais Radio-Canada n'a pas été en mesure de confirmer l'identité de cet État.

Il y a beaucoup de concurrence sur le terrain en Chine entre l’Europe, l’Amérique, etc. La logistique est très difficile, explique cette source. [...] La bataille est ouverte pour se procurer les équipements.

À Ottawa, nos sources évoquent un climat tendu de compétition internationale sans confirmer de vols de masques, même si des histoires circulent.

Il y a toute une saga en coulisses de stocks qui n'existent pas ou qui disparaissent, a expliqué mercredi le ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador, John Haggie. Il affirme que le sujet a fait l'objet de discussions lors de la téléconférence des ministres canadien et provinciaux de la Santé, mardi soir.

Des livraisons sont rachetées par en dessous, à l'avion, par des États autres que le Canada.

John Haggie, ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador.

Des discussions sont en cours entre les provinces et le gouvernement fédéral pour sécuriser les commandes.

Jeudi, le premier ministre s'est dit « très inquiet » de ce possible détournement de matériel médical. Sans confirmer la véracité de ces informations, M. Trudeau a fait savoir que des suivis seront faits à cet effet.

Mercredi, il avait affirmé que notre ambassade en Chine fait le suivi afin de s'assurer qu'on va recevoir nos commandes. C'est difficile, car tous les pays courent après le même équipement.

La même journée, Ottawa avait reconnu ne probablement pas avoir assez d’équipements de protection dans ses réserves d’urgence pour répondre à l’actuelle pandémie de la COVID-19.

La ministre fédérale de la Santé Patty Hajdu a parlé mercredi d'un climat « extrêmement compétitif » pour l'approvisionnement, puisque beaucoup de pays épuisent leurs réserves d'équipement médical de protection.

Nous travaillons 24 heures sur 24 pour nous procurer cet équipement dans un contexte global où ce matériel est extrêmement restreint, a ajouté la ministre.

Le journal français Le canard enchaîné affirmait mercredi que le Canada faisait partie des pays prêts à payer trois fois, voire quatre fois, le prix pour se procurer les masques en Chine. Nous n'avons pas été en mesure de confirmer cette information.

« Au net, on s'en est bien sorti », dit Legault

Mercredi, le premier ministre du Québec François Legault a été interrogé sur la possibilité que le Québec se soit fait voler des masques. Il n'a pas répondu par la négative, mais a déclaré : J'ai l'impression qu'on a plutôt gagné cette bataille-là, même contre des États américains. Certains sont déjà en manque de matériel, alors que nous, on en a encore pour une semaine et des commandes rentrent chaque jour.

On a posé des gestes en Asie pour payer facilement, pour offrir le transport des marchandises nous-mêmes. [...] Je ne sais pas qui a volé des commandes à qui, mais je pense qu'au net, on s'en est bien sorti.

François Legault, premier ministre du Québec, mercredi

Lors de son point de presse quotidien, jeudi, le premier ministre a reconnu que « ça jouait dur dans certains pays », et qu'il avait eu vent d'histoires de détournement de cargaisons.

La compagnie Medicom de Pointe-Claire fabrique des masques dans ses usines en Chine, à Taïwan, aux États-Unis et en France. Elle assure que ses livraisons se passent bien.

On sait à qui on les achète et on obtient tout ce qu'on achète, affirme le président de l'entreprise, Guillaume Laverdure.

C'est complexe, reconnaît-il, parce qu'il faut savoir où aller et à qui acheter. Il y a une capacité de production limitée et une demande exponentielle. Alors, oui, ça crée des tensions sur le marché.

Le 31 mars, la compagnie de livraison internationale DHL a publié une mise en garde sur son site web à propos des envois qui ont été stoppés après la commande : Certains gouvernements ont imposé des limites sur l'exportation d'équipement de protection individuelle et de masques en dehors de leurs frontières [...] La situation sur le terrain change rapidement.

Il y a quelques jours, la France a publié un décret qui permet la réquisition des équipements produits ou importés sur son territoire pour les propres besoins de son système de santé. La production de Medicom en France sera ainsi uniquement destinée à la France.

L'Inde a aussi interdit l’exportation de masques, de respirateurs et d'équipements médicaux de protection.

Les États-Unis n'ont pas de restriction d'exportation pour le moment, indique Medicom.

À l'international, la saga des livraisons de masques n'en finit plus. En mars, l'Italie s'est plainte du fait que la République tchèque ait saisi des centaines de milliers de masques qui lui étaient destinés.

La Suède aurait été victime d'une saisie de millions de masques par la France, le mois dernier, selon ce que rapporte l'hebdomadaire français L'Express.

Quant aux Pays-Bas, ils ont dû se défaire de centaines de milliers de masques défectueux importés de Chine.

Ottawa a annoncé mardi un investissement de 2 milliards de dollars dans l'achat d'équipements médicaux en plaidant pour que des entreprises d'ici les produisent dorénavant sur le sol canadien afin de garantir un approvisionnement.

Avec la collaboration de Madeleine Blais-Morin et Louis Blouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International