•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Québec transfère du matériel médical des régions vers les points chauds

Le gouvernement cherche à contrer la pénurie de masques ou de gants dans le réseau de la santé en attendant de recevoir du matériel en provenance d’Asie.

Une jeune infirmière aide un chirurgien à enfiler un gant en caoutchouc.

En transférant du matériel médical des régions les moins touchées par la pandémie, le gouvernement du Québec cherche à contrer la pénurie en attendant du matériel en provenance d'Asie.

Photo : iStock

Moins de 48 heures après que le premier ministre François Legault eut évoqué une pénurie de certains équipements d’ici quelques jours, le ministère de la Santé et des Services sociaux passe à l’action et prépare le transfert de matériel médical des régions les moins touchées par la COVID-19 vers les points les chauds de la province.

Dans les hôpitaux, les médecins et le personnel infirmier sont inquiets. Ils craignent de manquer d’équipements de protection, comme des masques et des gants, pour se protéger contre la maladie et soigner les personnes infectées par le coronavirus.

Tout le personnel du réseau de la santé est sur le qui-vive même si le premier ministre François Legault assure que le ministère de la Santé dispose de stocks suffisants pour encore une semaine.

Dans les ressources intermédiaires d’hébergement, où on compte des milliers de personnes âgées en perte d’autonomie, l’inquiétude est grande parce que les résidences pour aînés sont durement touchées par la crise.

Notre réseau n’échappe pas à la pénurie de matériel de protection.

Johanne Pratte, directrice générale de l’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec

Selon Mme Pratte, la situation est préoccupante. Elle affirme qu’un sondage réalisé en début de semaine auprès de ses membres a révélé que 45 % des propriétaires de ressources intermédiaires disaient craindre une pénurie de l’approvisionnement, dont certains sont à la limite.

Mme Pratte prononce un discours devant l'Assemblée nationale à Québec.

Johanne Pratte est directrice générale de l’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec.

Photo : Facebook/ARIQ/Francis Vachon

Selon elle, les responsables des centres reçoivent le matériel de protection au compte-gouttes. Les responsables éprouvent des difficultés à obtenir des gants et des jaquettes de protection lorsque c’est nécessaire, ajoute-t-elle. Ça génère beaucoup de stress.

Les détails de l’opération sont inconnus

Alors que le gouvernement cherche des fournisseurs à l’étranger pour résorber la pénurie d’équipement de protection du personnel de la santé, le MSSS confirme qu’il organise le transfert de matériel de protections provenant des régions les moins touchées par la COVID-19 vers les régions les plus touchées, dont Montréal.

Par courriel, le ministère a fait savoir qu’en raison d’un inventaire très bas des équipements de protection, du transfert interétablissement est en train de s’organiser.

Le ministère a toutefois refusé de donner plus de détails à propos de cette opération.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent a précisé par courriel que l’établissement participe au mouvement d'entraide et de solidarité du réseau de la santé à savoir de redistribuer certaines quantités d'EPI [équipement de protection individuel] tout en nous assurant d'avoir les quantités nécessaires pour répondre aux besoins de notre organisation.

Priorité accordée aux soins intensifs

M. Godin répond aux questions d'un journaliste.

Louis Godin est président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec.

Photo : Radio-Canada

Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, Louis Godin, voit d’un bon œil cette mesure mise en place par Québec. Avoir une certaine coordination sur le territoire est quelque chose d'essentiel, parce que sinon à l'intérieur même du territoire québécois, chacun va chercher à tirer la couverte de son côté pour accumuler des masques.

C’est sûr qu’on va prioriser les soins intensifs, nos salles d’urgence et les salles d’opération, parce que c’est là que le risque est le plus grand.

Louis Godin, président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a également confirmé que le matériel de protection est distribué en priorité aux cliniques désignées, aux centres désignés, puis aux CIUSSS et CHSLD, notamment. Les ressources intermédiaires d’hébergement figurent en priorité numéro 3 sur une échelle de 4.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Établissement de santé

Santé