•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les foyers de soins du Nouveau-Brunswick tentent de se préparer au pire

« Les employés me disent aussi qu'ils commencent à avoir peur de sortir et de rapporter le virus à l'intérieur. »

Les jambes d'une employée de foyer de soins et d'un homme poussant une marchette.

Les foyers de soins du Nouveau-Brunswick prennent des mesures pour éviter l'apparition de cas de COVID-19 dans leurs établissements.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des propriétaires de foyers de soins du Nouveau-Brunswick s’inquiètent de possibles éclosions de cas de COVID-19 dans leurs établissements. Ils disent avoir multiplié les mesures de sécurité afin d’éviter ce scénario.

Le Dr Gilbert Blanchard, médecin de famille et copropriétaire de la Résidence Aux douces marées, explique qu’il y a déjà trois semaines que les visites aux résidents ne sont plus autorisées. Il n’y a maintenant que le personnel qui entre et sort de l’établissement.

Pour notre région, les gens ont un faux sentiment de sécurité, étant donné qu'on n'a pas de cas dans la région. Alors on met l'emphase sur le dépistage, dit le Dr Blanchard.

Comme la fièvre est présente dans la majorité des cas de COVID-19, on prend donc la température des employés au début de leur quart de travail.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Au Manoir du Rocher, à Petit-Rocher, la majorité des résidents ont plus de 70 ans et l’inquiétude est grande. Les employés me disent aussi qu'ils commencent à avoir peur de sortir et de rapporter le virus à l'intérieur. Ils ne voudraient pas être responsables de contaminer les résidents, dit la propriétaire, Annik Guitard.

Il est interdit au personnel du Manoir du Rocher de se présenter au travail vêtu de son uniforme. Les employés doivent se laver dans les endroits prévus à cet effet à leur arrivée, avant d’enfiler leur uniforme et de monter à l’étage où se trouvent les résidents.

Annik Guitard.

Annik Guitard, infirmière auxiliaire et propriétaire du Manoir du Rocher, en entrevue par webcam le 1er avril 2020.

Photo : Radio-Canada

Mme Guitard explique aussi que l’établissement regrette de ne plus pouvoir accepter de colis de l’extérieur. Les proches des résidents qui ne peuvent entrer pouvaient laisser des cadeaux pour leur famille à l’extérieur du foyer, mais il est jugé trop risqué de devoir amener ces objets pour les désinfecter.

Ça nous déçoit, dit Mme Guitard, en admettant que cela s’impose pour protéger les personnes âgées.

De l'équipement en quantité insuffisante

À la Résidence Aux douces marées, le Dr Blanchard dit que l’établissement compte de 4000 à 5000 masques. Cela pourrait être suffisant pour une dizaine de jours, mais on sait qu’une éclosion peut durer plusieurs semaines, dit-il.

Il est donc fort possible que l’équipement ne soit pas en quantité suffisante et admet que cela est insécurisant.

Il explique que le foyer est en communication avec le ministère du Développement social et attend qu’on lui confirme si plus d’équipement peut lui être envoyé. Il est tout à fait compréhensible, dit le Dr Blanchard, que le gouvernement doive combler les besoins en équipement dans le milieu hospitalier, mais on ne veut pas quand même pas que les foyers de soins soient oubliés.

Annik Guitard, au Manoir du Rocher, dit que le foyer a passé des commandes de masques et de lunettes protectrices, mais qu'il n'a encore rien reçu. Elle souhaite que le gouvernement provincial puisse bientôt fournir de l’équipement aux résidences de personnes âgées.

Roland Cormier.

Roland Cormier, vice-président du Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Roland Cormier, le vice-président du Conseil des syndicats des foyers de soins du Nouveau-Brunswick, appelle tous les gestionnaires des établissements à rassurer davantage leur personnel. Les travailleurs rapportent un manque de communication dans certains établissements, note-t-il.

Nos inquiétudes, c'est de savoir qu'est-ce qui arrive? Qu'est-ce qu'est le plan de match? Quelles protections les employés vont avoir en termes d'équipement professionnel? Quels sont les protocoles qu'on va faire pour s'assurer que les employés soient en sécurité et qu'est-ce qu'on va faire avec nos résidents qui ont [attrapé] cette maladie? se questionne M. Cormier.

Un important foyer d’éclosion du virus

Le 1er avril, le Nouveau-Brunswick rapportait que 81 cas de COVID-19, la maladie causée par le coronavirus, avaient été dépistés dans la province depuis le début de la pandémie. Aucun de ces cas n’est survenu dans un foyer de soins.

En revanche, le tiers des décès attribuables au coronavirus en Ontario sont survenus dans des centres de soins de longue durée, plus de 400 résidences pour personnes âgées signalent des cas au Québec, et la Nouvelle-Écosse a signalé ces derniers jours des cas d’infection chez les résidents et le personnel de trois foyers de soins.

D’après le reportage de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Soins et traitements