•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des directives floues sur les masques inquiètent des professionnels de la santé

Des masques N95 sont suspendus après décontamination.

Les masques N95 sont primordiaux pour les travailleurs du domaine de la santé.

Photo : Courtoisie / Duke Health / Shawn Rocco

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue admet qu'une certaine confusion a été observée dans le réseau de la santé en lien avec les directives concernant les équipements de protection individuelle.

La PDG du CISSS-AT, Caroline Roy, attribue une part de cette confusion à la multiplication des directives à ce sujet au cours de la dernière semaine.

Elle indique aussi que ces directives peuvent varier d'un établissement à l'autre ou d'une unité de soin à l'autre en fonction du degré d'exposition au risque.

Caroline Roy dit cependant travailler à clarifier la situation. Effectivement, il y a des consignes qui sont changeantes, ce qui peut faire en sorte de créer de la confusion. Puis on sait que dans différents établissements, en fonction de la transmission, en fonction de leur réalité, les consignes ont été divergentes.

Donc à partir du moment où on a entendu qu'il pouvait y avoir une confusion, on est en train de tout refaire notre chaîne de communications pour que rapidement, les gens, dès le début de leur quart de travail, puissent avoir accès à la dernière mesure qui s'applique quant au port d'équipements de protection individuelle, assure Mme Roy.

Certains employés s'interrogeaient aussi quant aux bacs qui ont été installés pour récupérer des masques, notamment les fameux masques N95. Ils s'interrogeaient sur l'utilisation qui allait être faite de ces masques.

L'objectif, et c'est ce qui en cours par les instituts et les experts cliniques et en désinfection, c'est est-ce que ça pourrait être réutilisé, ces masques-là, de façon tout à fait sécuritaire, désinfectée, nettoyée. C'est pour ça qu'ils sont récupérés actuellement au sein de nos établissements, explique Mme Roy.

Tout ça se fait évidemment dans la sécurité, à la fois de récupérer ce masque-là, et si on doit effectivement les nettoyer, les désinfecter, ce sera en respect de toutes les consignes de sécurité pour s'assurer qu'on est dans les standards de qualité au niveau des normes de prévention et contrôle des infections, ajoute-t-elle.

Par ailleurs, le CISSS-AT dit avoir obtenu la confirmation qu'une livraison de blouses et de masques était attendue d'ici jeudi matin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !